La victoire sinon rien

Envoyer Imprimer PDF

Football. CA Bastia – SM Caen, 17ème journée de Ligue 2 (ce soir, 20h). La parenthèse Coupe de France s'est vite refermée pour le Stade Malherbe, de nouveau tourné vers le championnat. Seulement neuvième du classement à six points du podium, Caen n'a pas le droit à l'erreur avant les vacances. La contrainte vaut d'autant plus face au CA Bastia, le maillon faible de Ligue 2.


A priori, c'est un match facile que propose la 17ème journée de Ligue 2 au Stade Malherbe. Son prochain adversaire, le Cercle Athlétique Bastiais, pointe au dernier rang du classement et accuse un retard de six points sur le premier non-relégable. Le promu, qui découvre l'antichambre de l'élite, n'a pas encore franchi la barre des dix unités au classement général. À titre de comparaison, le leader messin en est à 36. Caen, à 23. S'il est une équipe en-dessous dans ce championnat plutôt homogène, c'est bien cette formation corse. Même sur son île, où les clubs locaux ont pris l'habitude de forger leurs succès (la Corse compte deux représentants en Ligue 1, un en Ligue 2 et un en National), le CA Bastia est bien en peine. Il court toujours après sa première victoire. « C'est la Corse mais c'est le CA Bastia, précise Mathias Autret. Ça n'a rien à voir avec le Sporting. » Si les conditions de jeu s'annoncent « particulières », à en croire Patrice Garande, c'est davantage pour les 1 864 spectateurs de moyenne. Une ambiance de match amical pour un enjeu néanmoins majeur.


Si Bastia cherche encore la clé chez lui (quatre nuls, trois défaites), il a fini par la trouver en déplacement. Les Corses ont stoppé une série de treize rencontres sans succès à Nîmes, le 11 novembre. Depuis, ils sont certes tombés contre Metz (0-2) mais ils ont aussi tenu Arles-Avignon en échec. Et même face au premier de la classe, Bastia a montré des aptitudes intéressantes que n'avait pas manqué de relever Patrice Garande le moment venu. Qualifiés pour les 32èmes de finale de la Coupe de France, les hommes de Stéphane Rossi sont sur une pente ascendante dont doit se méfier le Stade Malherbe. « Bastia était pratiquement condamné mais sa victoire à Nîmes lui a redonné espoir, soutient Patrice Garande. Les joueurs commencent à se libérer. Il n'y a pas de match facile de toute façon. En ce moment, je m'intéresse plus à mon équipe qu'à l'adversaire. » Il n'empêche, la rencontre promet une opposition de style entre une équipe plutôt timide, qui marque peu de buts (quatre à domicile) mais n'en encaisse pas beaucoup non plus (huit), et une autre beaucoup plus joueuse. Les Caennais ont une des meilleures attaques à l'extérieur (treize buts marqués)... et une des moins bonnes défenses aussi (seize buts encaissés).


Bastia : sept buts en seize matchs


Contre une équipe n'ayant marqué en tout et pour tout que sept buts cette saison, la défense du Stade Malherbe pourrait trouver un peu de répit, ce soir. En dépit du retour de Molla Wagué (dont Felipe Saad fait les frais), Dennis Appiah et Jean-Jacques Pierre resteront titulaires. « Il y a besoin de stabilité dans ce secteur de jeu », souligne Patrice Garande. De semaine en semaine, le credo caennais évolue peu. « On est à la recherche de choses qui nous manquent dans l'équilibre, la régularité et surtout l'efficacité défensive. Il y a eu quelque chose contre Angers (1-1) en terme d'état d'esprit. J'espère qu'on aura aussi le bon comportement à Bastia et suffisamment de qualité. » Tout autre résultat qu'une victoire constituerait une énorme contre-performance dont les conséquences pourraient être désastreuses. « On vit une fin d'année cruciale, reconnaît Mathias Autret. Si on veut rester dans le coup, il faut gagner nos deux derniers matchs. On n'a pas le droit à l'erreur après une première partie de saison très moyenne. Mais à part Metz, les autres n'ont rien montré. Je n'ai pas le sentiment qu'on ait été moins bons qu'Angers. Par contre, c'est vrai qu'ils sont plus réguliers. »


Avec seulement 23 points au compteur, soit sept victoires, deux nuls et sept défaites, Caen doit miser sur une deuxième partie de saison en boulet de canon pour espérer se mêler le plus longtemps possible à la lutte pour la montée. Sa (petite) chance sur la fin d'année 2013 pourrait provenir de quelques confrontations directes entre les équipes qui le devancent. « On fera les comptes à la trêve mais le championnat ne sera pas joué, rappelle Patrice Garande. Pour l'instant, on n'en est pas là. » Caen ne pourra réaffirmer ses ambitions que sur le terrain.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr