Dénouement amer pour les pongistes caennais

Envoyer Imprimer PDF

Tennis de table. Caen 3 - 3 Argentan, 13ème journée de Pro A. Après avoir mené 3-1 et obtenu cinq balles de match, le Caen TTC a finalement dû se contenter du match nul, ce mardi soir face à Argentan. Le derby bas-normand a tenu toutes ses promesses dans une salle Rufa copieusement garnie et particulièrement bruyante, mais les Caennais faisaient grise mine à l'issue des débats. Romain Lorentz, dernier local en piste, s'est incliné 18-16 à la belle contre Monday Merotohun. Lui, Jakub Kleprlik et Zoltan Fejer Konnerth affichent le même bilan d'une victoire pour une défaite.

 

 



Romain Lorentz avait bien peur de devoir compter les moutons hier soir, tard dans la nuit, pour trouver un sommeil à coup sûr récalcitrant. Le jeune pongiste du Caen TTC ne pouvait cacher son énorme déception après le revers concédé 18-16 à la belle contre Monday Merotohun. « Ça va me travailler pendant quelques jours encore. Je serais parti en repos la tête plus tranquille si j'avais réussi à gagner... » Facile vainqueur de son premier match face à Segun Toriola (11-7, 13-11, 11-4), Romain Lorentz aurait pu être le héros de la soirée puisque c'est à que revenait la difficile responsabilité de conclure la rencontre. « Je savais que si je gagnais, on était quasiment maintenus, dit-il. J'ai senti beaucoup de stress dès le début. Je n'ai jamais réussi à me libérer, j'étais crispé. » Romain Lorentz a pourtant remporté le premier set face au costaud nigérian de 36 ans. Cela n'a pas suffi à le mettre dans de meilleures dispositions, lui qui affiche pourtant une jolie forme depuis plusieurs mois. Son adversaire a empoché les deux manches suivantes (8-13, 11-13), le plaçant dos au mur au moment d'attaquer le quatrième set. Romain Lorentz est resté dans la rencontre (11-8) et s'est offert une belle.


Pour le spectacle, le public venu en nombre des deux côtés ne pouvait pas espérer mieux. Le suspense allait battre son plein pendant de longues minutes, le temps que les deux hommes écartent successivement plusieurs balles de match. Un dernier coup droit dans le filet offrait finalement le point à Argentan et un match nul aussi savoureux qu'une victoire. « Je n'ai jamais été aussi stressé de ma vie, peste Romain Lorentz. Je m'en veux. Je ne dois jamais perdre contre ce joueur, même s'il a un jeu qui m'embête. J'essayais de me concentrer, de me calmer, mais je n'y arrivais pas. J'ai fait un match pourri. Je n'étais pas lucide. J'ai fait n'importe quoi sur mes deux balles de match. » Le pensionnaire de l'INSEP le confesse, il est « un peu à bout » après un calendrier bien rempli, matérialisé notamment par une médaille d'argent au championnat de France le week-end dernier. La courte coupure va faire le plus grand bien avant d'aborder le déplacement à Issy-les-Moulineaux dans deux semaines.


« On devait gagner ce match », Jakub Kleprlik


De la frustration, Jakub Kleprlik en nourrissait aussi après la rencontre. Comme son coéquipier, il a facilement remporté son premier match, permettant à Caen de prendre les commandes après la défaite initiale de Zoltan Fejer Konnerth contre Thiago Monteiro (1-3). C'est Monday Merotohun qui en avait les frais, balayé en trois sets secs (11-7, 11-6, 11-9). Comme son coéquipier, le Tchèque s'est incliné à la belle lors de son deuxième match, lui aussi potentiellement décisif. Jakub Kleprlik avait pourtant remporté les deux premières manches au forceps face à Thiago Monteiro (16-14 et 12-10). Il a ensuite obtenu trois balles de match et de rencontre dans le set suivant, qu'il n'a pas réussi à convertir (10-12). La tendance s'est alors inversée et son adversaire brésilien n'a pas laissé passer sa chance. Caen, qui menait 3-1 grâce au succès étriqué de Zoltan Fejer Konnerth sur Segun Toriola (3-2), a été contraint à un sixième match. « J'ai bien joué, j'ai donné mon maximum, mais j'aurais dû être un peu plus agressif, expose Jakub Kleprlik. Quand lui l'a été, j'ai commis trop de fautes. » Le Brésilien, deux fois champion d'Amérique Latine dans sa carrière, a été l'homme fort d'Argentan hier. À l'arrivée, le 3-3 final laisse un goût amer chez les Caennais. « Non seulement on pouvait gagner ce match, mais on devait le gagner, soupire Jakub Kleprlik. On a bien joué. »


Le derby bas-normand a tenu ses promesses par son intensité. Beaucoup de monde, beaucoup d'ambiance, beaucoup de suspense... et pas mal de regrets dans les rangs caennais après plus de quatre heures de combat. « C'est la déception qui l'emporte, confirme Xavier Renouvin. On peut être déçu compte tenu de la physionomie de la rencontre. On aurait pu faire une excellente opération sur le plan comptable. Après, ça reste un match nul contre une très belle équipe. Pour se maintenir, il faudra être capable de relever la tête. » Deux matchs cruciaux attendent le Caen TTC face à Issy-les-Moulineaux, huitième à égalité de points avec Argentan neuvième, et Istres, sixième avec un point de plus que les Caennais. Le maintien sera en poche si Caen parvient à faire le doublé contre ces adversaires directs. Les Calvadosiens sont actuellement septièmes avec deux points d'avance sur la zone rouge. Il reste cinq journées de championnat.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr