Sloan Privat, le revanchard

Envoyer Imprimer PDF
Troisième recrue présentée par le Stade Malherbe, hier après-midi, Sloan Privat n'a pas manqué d'afficher sa détermination en conférence de presse. Le nouvel attaquant caennais est désireux de faire oublier un exercice 2013-2014 décevant à La Gantoise. Avant de partir pour la Jupiter League, il restait sur une belle saison dans son club formateur de Sochaux.


Même si vous n'êtes pas un fin connaisseur du football français, son nom vous disait peut-être quelque chose. Sloan Privat, 25 ans le 24 juillet prochain, a près de cent matchs en Ligue 1 au compteur pour vingt buts inscrits. Parmi ceux-ci figure un doublé qu'il n'est pas près d'oublier. Le 12 décembre 2008, Sloan Privat avait fêté la signature de son premier contrat pro, intervenue trois jours plus tôt, pas deux buts décisifs contre... le Stade Malherbe. Mené 2-0 avant son entrée en jeu, Sochaux avait finalement obtenu le point du match nul à la faveur d'un retourné acrobatique absolument splendide de son jeune attaquant. Sloan Privat ne s'est pas arrêté en si bon chemin. Ce gabarit athlétique, qualifié de « beau bébé » par Xavier Gravelaine, a disputé 96 matchs en élite. Il s'y est surtout distingué au retour de son prêt réussi à Clermont (36 matchs en Ligue 2, 20 buts durant la saison 2010-2011). Le natif de Cayenne (Guyane), arrivé en métropole à l'âge de 11 ans, a réalisé sa meilleure saison en 2012-2013 avec 33 matchs de Ligue 1, 19 titularisations et 9 buts. Parmi eux ? Six réalisations sur coup de pied arrêtés, dont cinq de la tête. Pas étonnant dès lors que le jeu de tête figure parmi les rares qualités qu'il daigne s'accorder, avec sa « présence dans la surface ». On peut d'ores et déjà imaginer que Sloan Privat sera une arme intéressante sur corner et autre coup-franc...


« J'ai soif de buts »


Si Sloan Privat a fait ses classes à Sochaux et s'y est révélé au football français, c'est à La Gantoise qu'il évoluait la saison dernière. Là, dans la région flamande, les choses se sont sérieusement compliquées. Le Guyanais, auteur de quatre buts en 24 matchs, n'a pas réussi à s'imposer dans un club qui avait déboursé 1,5 million d'euros pour s'attacher ses services. « J'avais envie de découvrir autre chose, de tenter une nouvelle expérience, explique-t-il. À l'arrivée j'ai vécu une saison difficile. J'ai perdu la confiance assez rapidement. Quand ça ne va pas dans la tête, les performances ne suivent pas. » Sloan Privat attribue le début de ce cercle vicieux au changement d'entraîneur intervenu seulement un mois et demi après sa signature. « Je ne rentrais pas forcément dans les plans de jeu du nouveau coach », regrette-t-il. Malgré un contrat de longue durée (2017), le vainqueur de la Coupe Gambardella 2007 était bien décidé à ne pas prolonger l'aventure belge. « Caen m'a donné cette opportunité, je n'ai pas hésité. » Les quelques autres sollicitations dont il a fait l'objet n'ont pas davantage retenu son attention. « Alain (Caveglia) me suivait depuis deux-trois ans », précise-t-il. À l'instar d'un Julien Féret auteur d'une saison 2013-2014 décevante, Sloan Privat arrive à Caen avec ambition. « Je ne vois pas comme un échec ce qui m'est arrivé. Ça ne s'est pas bien passé mais j'ai beaucoup appris. Ça m'a renforcé mentalement. Je suis revanchard. J'ai soif de matchs et de buts. »


Caen est en avance


Prêté à Caen un an avec option d'achat, parce que le club n'avait pas les fonds nécessaires pour s'engager dans un transfert définitif mais qu'il affiche une totale confiance en sa recrue, Sloan Privat est amené à évoluer dans l'axe de l'attaque caennaise. Son gabarit (1m87, 88 kg) et sa puissance en font un point d'appui tout trouvé devant, « mais je peux aussi prendre la profondeur », précise l'intéressé. Quid de son utilisation ? Mathieu Duhamel, dont la prolongation de contrat était « la priorité de Patrice Garande », partira comme l'avant-centre numéro 1 du Stade Malherbe si l'entraîneur caennais continue d'opter pour un système à une seule pointe. Difficile néanmoins d'imaginer Sloan Privat en simple joker de luxe, d'autant qu'il est envisagé comme une recrue majeure. Ce n'est pas anodin si sa présentation intervient au lendemain de celle de Rémy Vercoutre et Julien Féret. « Après la resignature de Mathieu, notre priorité était d'avoir un joueur de qualité autant l'expérience de la Ligue 1, avance Alain Caveglia. Il va nous apporter beaucoup. » Décrit comme « très polyvalent » par Xavier Gravelaine, Sloan Privat sera peut-être amené à se décaler sur le côté gauche (il est gaucher) ou droit de l'attaque caennaise. De son côté, l'intéressé souligne n'avoir « pas peur de la concurrence ». « Le coach aura besoin de tout le monde, parce qu'une saison c'est long. Je donnerai tout en match et à l'entraînement. » À noter que l'ancien international espoir (une sélection) a consenti à d'importants efforts financiers pour venir à Caen.


Le Stade Malherbe devrait présenter quatre nouveaux joueurs la semaine prochaine, un autre attaquant en la personne d'Hervé Bazile et trois défenseurs (Damien Da Silva, Jordan Adéoti et Emmanuel Imorou dont le transfert est en passe d'être concrétisé d'après Ouest-France). Ces éléments n'auront pas le même statut que les autres arrivants, dans « un panaché entre jeunes et joueurs d'expérience, aux yeux de Xavier Gravelaine. « En avance par rapport à beaucoup de clubs », Caen n'attend plus qu'une recrue, un joueur offensif évoluant sur le côté. Au rayon des départs, Molla Wagué et Fayçal Fajr ne resigneront pas. Les prêts de Yanick M'Boné, Riffi Mandanda et Jonathan Beaulieu, en National ou en Ligue 2, sont au programme. En revanche, Yrondu Musavu-King regagnera l'effectif caennais après son prêt à Uzès Pont du Gard.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr