Reprise ambitieuse pour le RSH Caen

Roller-hockey. Le Roller Skating Hockey Caen aborde un nouveau virage en cette rentrée 2014. Dans la foulée d'un changement de présidence, Éric Olhund ayant remplacé Alain Rage, le club se veut ambitieux. C'est un groupe visant clairement l'accession en Élite dès cette saison qui a repris l'entraînement lundi 18 août à la Halle des Granges. Plus étoffé, il aura un bon coup à jouer après une année 2013-2014 décevante.


Nouveau président, nouveau manager, nouvel entraîneur : le RSHC s'est offert une révolution en douceur cet été. Après trois années à la tête du club, Alain Rage a passé la main à Éric Ohlund au cours de l'Assemblée Générale organisée en juin dernier. Le point de départ d'une restructuration conséquente dont la première étape fut l'arrivée de Jean-Marc Cholet au poste de manager de l'équipe première. Cet ancien footballeur s'est fait connaître en créant l'association Cesars, laquelle permet aux jeunes sportifs locaux d'allier la pratique de haut niveau avec leurs études. C'est au hockey sur glace qu'il a rencontré Éric Ohlund, père de joueur comme lui. « Quand Éric est devenu président, il m'a demandé si je pouvais lui donner un coup de main, explique-t-il. J'ai commencé par monter un staff technique compétent. » Ce staff, c'est Florent Revert qui en est à la tête. Lui aussi vient du monde de la glace comme, par ailleurs, beaucoup de joueurs. Il entraînait l'équipe loisir du Hockey Club de Caen la saison dernière. Il sera entouré de Pierre Feutry et Clément Renou.


Côté joueurs, l'effectif s'est étoffé durant l'intersaison puisqu'il affiche quatre arrivées. Guillaume Bastien et Benoît Leterrier font leur retour au club. Deux Suédois, dont le meilleur espoir Élite de la saison dernière, l'ex-rouennais Zack Petterson, débarquent dans la capitale bas-normande. Un recrutement clairement séduisant, d'autant que deux départs seulement sont enregistrés. Ce sont ceux des anciens rouennais Xavier Raby et Clément Gaudeau, avec qui la greffe n'aura pas vraiment pris... « L'année dernière, il y avait des clans, regrette Pierre Feutry. Ça a été compliqué et j'ai même failli arrêter en raison des résultats et de l'ambiance. » Caen avait dû se contenter d'une quatrième place, ne parvenant pas à accrocher les play-offs espérés. Pour un relégué d'Élite, le bilan n'était pas satisfaisant, quand bien même l'objectif annoncé était de retrouver le plus haut niveau sous trois ans. Peut-être le RSHC avait-il besoin de cette année de transition pour repartir sur de nouvelles bases.


Montée et formation comme objectifs prioritaires


Lundi soir, c'est un groupe boosté par les événements estivaux qui s'est retrouvé à la Halle des Granges pour la reprise de l'entraînement. « Il y a une nouvelle dynamique au club, apprécie Pierre Feutry. Les nouveaux dirigeants essaient de professionnaliser les choses. Je suis super content de la manière dont le club évolue. » Jean-Marc Cholet s'est vu confier deux missions dans son rôle de manager : la montée de l'équipe première en Élite dès cette saison et la restructuration de la formation. Les deux sont intimement liés. « Si on monte en Élite sans former les jeunes, on sera obligé de recruter, expose Jean-Marc Cholet. Ce n'est pas notre façon de voir. Le roller-hockey est en train de s'organiser. C'est un sport accessible qui plaît à beaucoup de monde. Il y a un potentiel important avec les écoles. L'avenir des clubs n'est pas dans le recrutement à tout-va. » Si les Conquérants ne veulent pas perdre de temps, le projet à court terme s'accompagne d'une vision à moyen terme. Celle-ci est tout aussi ambitieuse puisqu'elle inclut l'élite pour les équipes juniors, cadets et minimes. L'idée est de pouvoir alimenter l'équipe première avec des jeunes pousses issues du club, comme ce fut le cas il y a quelques années. « Ce ne sera pas simple, mais si on ne se donne pas d'objectif on ne risque pas de les atteindre... »


Caen a donc débuté « trois ans de gros travaux » destinés à lui faire retrouver son lustre passé. À l'image du retour des primes de match, le club ne laisse rien au hasard dans sa volonté affirmée de compétitivité. « Les dirigeants mettent tout en œuvre pour nous, salue Pierre Feutry. L'année dernière, on n'a rien produit parce qu'on était un peu livrés à nous-mêmes. Là, il y a tout pour faire une bonne saison. C'est vrai aussi sur le plan humain, on est en train de créer une bonne osmose. » La volonté caennaise transparaît également au travers d'un créneau d'entraînement supplémentaire chaque semaine et d'une rigueur affirmée. « Il faudra s'entraîner pour jouer. Ce n'est plus à la carte. » Dans une poule qui s'annonce relevée, où Toulouse, Bordeaux et La Chapelle sur Erdre feront figure de principaux rivaux, le droit à l'erreur sera restreint. Les deux premiers participeront aux play-offs. « N'oublions pas que cette équipe caennaise a gagné la coupe d'Europe il n'y a pas si longtemps, souligne Jean-Marc Cholet. Il y a eu un creux de vague mais on sent que le club a envie d'exister. » L'impression devra être confirmée sur le terrain à partir du 4 octobre, jour de reprise. Caen commencera par trois matchs à domicile contre Bordeaux, Moreuil et Toulouse. Sûr qu'après cette solide entrée en matière, il y verra plus clair.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr