Les Conquérants rêvent de Ligue Élite

La Nationale 1 de roller-hockey reprend du service demain ! Les Conquérants attaqueront leur deuxième saison dans l’antichambre de l’élite face à la solide équipe de Bordeaux, à la Halle des Granges. Après une préparation de qualité, et avec un effectif renforcé durant l’intersaison, ils ne cachent pas leur ambition. Caen, désormais présidé par Éric Öhlund, veut retrouver le plus haut niveau dès la saison prochaine. 

 

Le RSHC veut accélérer l’allure

Après une année de transition mitigée, pour ne pas dire décevante, le RSHC a décidé de prendre un nouveau départ. Éric Öhlund a succédé à Alain Rage à la tête du club, le 17 juin dernier. Cet ancien hockeyeur de haut niveau est le père de William Ölhund, lui-même passé de la glace au roller. Il a été joueur, entraîneur et même président par intérim au Hockey Club de Caen, avant de suivre le fiston au RSHC. Éric Öhlund arrive avec un projet bien déterminé.

L’avis d’Éric Öhlund : « Le projet est d’assurer la pérennité du club, mais tout le monde est d'accord pour dire qu’une équipe phare permet d’attirer des jeunes, de structurer les effectifs, l’encadrement et le club. Le projet est donc la remontée en Élite. C'était déjà un projet de l'ancienne présidence, mais elle l'avait tablé sur trois ans. Je souhaite accélérer les choses. L'objectif aujourd'hui est de remonter cette saison. Pour cela, il faut qu'on gagne le championnat ou qu'on soit finaliste. »

 

Une équipe plus forte

L’effectif caennais a connu quelques remaniements majeurs durant l’intersaison, avec le départ de deux joueurs qui n’avaient pas franchement fait l’unanimité la saison dernière, Xavier Raby et Clément Gaudeau, et l’arrivée de quatre nouveaux éléments. Sur le papier, Caen s’est clairement renforcé grâce à l’apport, notamment, de deux recrues suédoises. A Zack Petterson, meilleur espoir d’Élite la saison dernière, et son compatriote Kevin Loov s’ajoutent les retours au club de Guillaume Bastien et Benoît Leterrier.

L’avis d’Éric Öhlund : « On m'avait signalé un très bon et très jeune joueur suédois à Rouen en Élite l'année dernière. Il n'avait pas resigné là-bas. Comme je parle couramment suédois, j’ai pu le contacter plus facilement. Zack Petterson était intéressé mais à condition de ne pas venir seul. Je lui ai dit de chercher un camarade qui souhaitait le suivre. Un de ses camarades a postulé, on s'est mis d'accord et ils sont arrivés tous les deux. On a tout de suite vu la différence à l’entraînement. Dès qu'ils sont arrivés début septembre, les séances sont devenues plus actives. Le fait d'avoir deux très bons joueurs tire les autres vers le haut. Ça a également motivé d'autres personnes qui étaient un peu hésitantes pour nous rejoindre. Avec Guillaume Bastien et Benoît Leterrier, ce sont deux joueurs majeurs supplémentaires qui nous ont rejoignent. »

 

Les jeunes pas oubliés

La génération dorée, qui lui a permis de monter en Élite et d’y jouer les premiers rôles, s’est éparpillée, mais le RSHC sait qu’il ne doit pas oublier la formation. Dans un sport totalement amateur où les licenciés restent peu nombreux, le travail en amont est fondamental. Caen le sait, pour avoir décroché dans son histoire récente plusieurs titres nationaux chez les cadets et juniors. Il veut reprendre sa marche en avant sur ce plan également.

L’avis d’Éric Öhlund : « L’autre partie du projet est d’équilibrer la pyramide des âges. Les poussins et l'école de hockey sont en effectifs insuffisants. Il ne faut pas travailler uniquement sur l'élite si on veut s’y inscrire dans la continuité. J'ai été élu à l'unanimité, je pense que mon point de vue est partagé par le conseil d'administration. Il y a une relève qui existe déjà puisque les cadets ont été finalistes du championnat de France la saison dernière et médaillés de bronze. En juniors, ils ont participé aux play-offs. Il y a un très bon niveau juste en-dessous. C'est encourageant pour les quatre ou cinq ans à venir. Pour les minimes et benjamins, ce n’est pas mal non plus. En-dessous, ça ne suffit pas en terme de nombre. On va y travailler mais on a du temps. Il n'y a rien d'inquiétant aujourd'hui. Les résultats vont également jouer leur rôle.  Personnellement, je suis plutôt optimiste. Les choses ne se feront pas toutes seules, mais les ingrédients sont présents pour qu'on réussisse. »

 

 

Bordeaux pour commencer

Après une préparation plutôt convaincante mais aux réels tests peu nombreux, Caen entrera dans le vif du sujet samedi soir face à Bordeaux. A domicile (20h), il s’agira d’entrée de jeu de confirmer ses ambitions. Les Conquérants doivent terminer à l’une des quatre premières places de leur poule, sur les huit équipes, pour s’ouvrir la voie des play-offs. Ils n’y étaient pas parvenus la saison dernière.

L’avis d’Éric Öhlund : « J'ai assisté à l'entraînement mercredi, s'ils jouent comme ça samedi j'ai toutes les raisons d'être confiant. Il y a beaucoup d'envie et de qualité technique. »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr