Regrets et frustration pour le HC Caen

Envoyer Imprimer PDF

Hockey/glace. Caen 4 – 5 Morzine (a.p.), 12ème journée de Ligue Magnus. Pour la quatrième fois de suite, le Hockey Club de Caen n'est pas sorti bredouille d'un match de Ligue Magnus. Au vu de son début de saison, le constat est tout sauf anodin. Pourtant, le point pris samedi soir contre Morzine n'a pas fait le bonheur des Drakkars, loin de là. Ils ont laissé le double à leurs adversaires du soir, concurrent direct sur la route des play-offs.


Luc Chauvel était en colère, hier soir. « On ne doit pas se contenter de ça, a-t-il martelé auprès de ses joueurs. On doit être des morts de faim. » En s'inclinant en prolongation contre Morzine, les Drakkars ont raté l'excellente opération comptable (et mentale) qu'ils auraient pu réaliser. Non seulement ils restent derniers de Ligue Magnus, mais ils perdent en plus un point sur les Pingouins. S'ils s'étaient imposés, ils seraient passés devant eux et auraient également doublé les Albatros de Brest, défaits à Dijon. « On n'est pas complètement distancé, mais désormais les confrontations directes seront chez eux », rappelle Luc Chauvel. Caen a fait une partie du travail en battant Brest, pour ce qui constitue encore jusqu'à présent son seul succès de la saison, mais l'autre a un vrai goût d'inachevé. Dans ce championnat à trois que semblent se livrer Brest, Morzine et Caen pour la place de dernier qualifié en play-offs, les Savoyards ont pris un léger ascendant.


« C'est frustrant. Le sentiment qui prime, c'est celui qu'on a donné deux points à Morzine. Sur l'ensemble du match, ils ne les volent pas, mais je ne comprends toujours pas comment on a pu se prendre le quatrième but... » Le déboulé triomphal de Numa Besson, ancien caennais, est venu clore en "beauté" un troisième tiers haut en couleurs. Mais avant cela, reprenons par le début. Pas franchement favorable au HC Caen. « Morzine a très bien commencé le match et nous a mis en difficulté, reconnaît Luc Chauvel. On est tombé dans nos travers en ne simplifiant pas le jeu. » Après vingt minutes de jeu, les visiteurs étaient devant au score. Le plus logiquement du monde, malgré quelques occasions franches à mettre au crédit de Jean-Christophe Gauthier. « 0-1, il n'y avait pas péril en la demeure. » Caen remontait sur la glace animé de meilleures intentions et Jean-Christophe Gauthier profitait d'une supériorité numérique, la cinquième du match, pour remettre les compteurs à zéro. Ou plutôt à 1-1 (27'). Le score allait en rester là tout au long du deuxième tiers malgré les cinq pénalités infligées à Morzine, contre aucune pour Caen. « Les garçons patinaient fort et mettaient Morzine à la faute, mais on n'a pas su négocier nos temps forts », regrette Luc Chauvel.


Erwan Pain et Jean-Christophe Gauthier se relancent


Restait le troisième tiers-temps pour faire éventuellement la décision, et les débats n'allaient pas tarder à s'animer. Après une minute de jeu, Cyril Papa donnait l'avantage aux visiteurs. Artem Valerko enchaînait en supériorité numérique deux minutes plus tard et Morzine faisait le premier break du match (1-3, 44'). « On a fait des fautes logiques parce qu'on ne patinait plus », déplore Luc Chauvel. Caen peinait à réagir jusqu'à ce que la « révolte » ne soit sonnée. En deux minutes, les Drakkars allaient tout simplement inscrire trois buts, un par Erwan Pain puis deux par Jean-Christophe Gauthier (4-3, 55'). « Erwan enchaînait les bonnes performances individuelles et dans le collectif. Il lui manquait ce petit but. Là, il en marque un très beau. J'espère que ça va en appeler d'autres. » L'ancien dijonais débloque enfin son compteur personnel. Quant au Québécois, il fait mieux que doubler son total de la saison jusqu'à cette rencontre (deux buts sur les onze précédents matchs). « C'est un des garçons qui a le plus d'occasions de but depuis le début de la saison. Il signe un hat trick mais il peut encore en mettre plus sur ce match. » Toujours est-il qu'à 4-3, les affaires étaient bien engagées pour Caen...


Bien engagées, certes, mais loin d'être jouées. Numa Besson n'attendait que cinquante secondes pour offrir l'égalisation à son équipe d'un raid solitaire (4-4, 56'). Pour la quatrième fois de la saison, Caen allait devoir passer par l'épreuve de la prolongation. Et s'y incliner pour la deuxième fois. « On a eu trois-quatre grosses occasions et leur gardien a notamment sorti l'arrêt qu'il fallait face à jean-Christophe. On a toujours le même problème, on n'arrive pas à conclure le match. On doit en vouloir plus. » Rageant pour Caen, qui aurait pu prétendre à un meilleur dénouement malgré la prestation moyenne. « On ne s'est pas facilité la tâche comme on l'avait fait contre Amiens, constate Luc Chauvel. On a donné beaucoup de palets à l'adversaire, il y a eu beaucoup de cafouillages... la qualité technique était en-deçà de ce que j'attends. Néanmoins, on a encore vu une grosse solidarité. Je crois en ce groupe. » Caen va devoir élever son niveau de jeu vendredi à Chamonix, deuxième du classement. « On part là-bas avec de la confiance mais en ayant aussi conscience que seul le travail pourra nous permettre d'être au contact. »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr