Virginie Letellier : « De bonnes perspectives »

Envoyer Imprimer PDF
Rugby. Lille 32 – 17 Caen, 10ème journée de Top 8. L'Ovalie Caennaise a bouclé l'année 2014 par une défaite quelque peu frustrante, hier après-midi à Lille. Pourtant auteures d'une prestation intéressante, les Bas-Normandes ont payé au prix fort leurs erreurs. Cela leur a valu une partie des cinq essais encaissés. Débriefing avec Virginie Letellier, talonneuse d'expérience de cette formation caennaise.


Il y a eu des choses positives dans ce match face à Lille mais aussi des erreurs qui coûtent cher : c'est le bilan que vous faites ?

Tout à fait. Elles marquent trois essais sur des ballons qu'on perd en attaque. Il y avait moyen d'encaisser beaucoup moins de points, c'est certain. On pouvait aussi en marquer plus. On perd des ballons dans leurs 22 mètres. Contrairement aux autres matchs, on a pourtant plus concrétisé sur nos points forts que d'habitude. Sur les précédents matchs, on arrivait à aller dans les 22 mètres adversaires, mais pas toujours à marquer à cause, par exemple, d'une dernière passe ratée.

 

Est-ce que cela signifie que la différence de classement ne s'est pas fait particulièrement ressentir ?

En effet, le score ne reflète d'ailleurs pas la physionomie du match. Les Lilloises n'ont pas créé beaucoup de jeu. La différence s'est surtout faite sur leur efficacité. Elles savent profiter de la moindre erreur.


Quelle analyse faites-vous votre saison jusqu'à présent ?

Il n'y a pas de souci à se faire pour le maintien, qui était quand même la priorité de la saison. Maintenant, on a basculé sur la préparation de la saison prochaine. On travaille et on pose notre projet de jeu avec toutes les arrivantes, désormais intégrées depuis quelques mois. L'intégration étant faite, on passe à l'étape du dessus. On est sur la pérennisation des acquis de manière à être beaucoup plus compétitives la saison prochaine.


Cela permet d'accepter plus facilement de ne plus truster le haut de tableau comme lors des deux années précédentes ?

Exactement, mais ça reste un peu frustrant. Quand on voit ce qu'on est capable de faire, on sait qu'on pourrait faire mieux en termes de résultats. Mais ça ouvre de bonnes perspectives pour les saisons à venir.

 

Cette capacité à se renouveler d'une année sur l'autre, c'est une des forces du club ?

On bataille quand même pas mal pour faire venir des jeunes. La Normandie n'est pas très attractive pour les filles expérimentées, donc c'est difficile d'en recruter. On est obligé de passer par la formation, et ça a toujours fait partie de la politique du club.

 

Quelles sont vos attentes pour les quatre derniers matchs ?

L'objectif est d'essayer de gagner chaque match, se faire plaisir et concrétiser tout le travail qui est fait avec cette nouvelle équipe. Sans penser au classement. On reprendra par Rennes le 11 janvier. C'est le derby de l'ouest et on a très envie de prendre une revanche, parce qu'on a perdu là-bas alors qu'on avait les moyens de gagner aussi.

 

Personnellement, vous êtes un cadre de cette équipe, avec donc un rôle d'encadrement dans une équipe en évolution ?

Oui, c'est tout à fait ça. C'est ma dernière année. Ça fait treize ans que je joue en élite. Le but est de les emmener, mais pas seulement. Les nouvelles sont bien intégrées, mais les anciennes d'aujourd'hui, qui étaient les nouvelles d'hier, doivent elles aussi assumer leur changement de statut. Elles doivent devenir les nouveaux cadres de l'équipe et les nouveaux leaders. C'est là où l'accompagnement est aussi important. Accompagner des jeunes à entrer dans l'équipe, c'est facile. Faire comprendre aux anciennes nouvelles qu'elles se doivent de devenir des nouveaux leaders, c'est un peu plus dur. Les nouvelles sont plutôt suiveuses alors qu'on leur demande maintenant de devenir actrices. Il faut qu'on continue de travailler dessus.

 

Comment vivez-vous cette dernière année ?

J'ai surtout envie de me faire plaisir. Sachant qu'on ne vise pas les quatre premières places cette année, la pression est différente. On est plus dans le fait de faire jouer les autres et de les mettre en confiance pour qu'elles puissent prendre le relais. Mon objectif est de m'éclater parce que la pression est moindre. J'en profite d'autant plus quand je joue, même si je joue moins parce qu'il faut aussi que les autres apprennent. Je ne pense pas tellement au nombre de matchs qu'il reste, mais je prends chacun d'entre eux avec plaisir et envie.



Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr