Caen a craqué en fin de match

Envoyer Imprimer PDF

Hockey/glace. Caen 0 – 4 Rouen, 16ème journée de Ligue Magnus. Invaincu dans le temps réglementaire depuis un mois et demi, le Hockey Club de Caen a subi un petit coup d'arrêt ce vendredi soir contre Rouen. À domicile, devant une assistance garnie, les Drakkars ont longtemps rivalisé avec leur rival haut-normand. À la moitié du dernier tiers, les visiteurs n'avaient qu'un but d'avance. Caen, qui a encore manqué d'efficacité offensive, a lâché du lest en fin de match.

 

La logique a été respectée hier soir à la patinoire Caen-la-Mer. Rouen, en pleine bourre depuis plusieurs semaines, s'est montré le plus fort que des Drakkars eux aussi dans une bonne dynamique. Pourtant, le Hockey Club de Caen a longtemps eu droit de croire à l'exploit. « C'est dommage, reconnaît Luc Chauvel. On fait deux grosses erreurs, la première en power-play, la seconde où on force le jeu. Rouen n'attendait que ça. » Les visiteurs ont d'abord exploité parfaitement l'oubli défensif caennais en deuxième période. Malgré un élément de plus sur la glace, Caen a laissé Patrick Coulombe se présenter seul face à Michaël Dupont, lequel n'a rien pu faire (0-1, 31'). Vingt minutes plus tard, au milieu du dernier tiers, les Dragons bénéficiaient d'un trois contre un dans la zone caennaise pour crucifier à nouveau le gardien local. Cette fois, le bourreau s'appelait Johan Saint-André (0-2, 51'). Le but de trop pour Caen. « Les garçons ont pris un petit coup derrière la tête. Il y a eu une petite baisse, qui a entraîné les troisième et quatrième buts anecdotiques. » À 0-2, la partie était pliée. Et le score plutôt révélateur des débats. Patrick Coulombe, déviant une frappe sèche de Julien Desrosiers (53') et, et Loïc Lamperier, profitant d'un mauvais contrôle adverse (55'), donnaient au score une ampleur plutôt sévère à l'encontre des Caennais. « Mon seul regret, c'est que les garçons aient un peu baissé les bras à 2-0, commente Luc Chauvel. Je leur ai dit qu'ils devaient se battre jusqu'au bout, ne serait-ce que pour préparer la suite. »

Jusqu'à la moitié du troisième tiers, Caen était dans son plan de jeu. Comme prévu, Rouen a eu le contrôle du palet. Mais, comme prévu également, le HCC lui a longtemps opposé une belle résistance. Pendant les deux premiers tiers-temps, en particulier le premier, les Bas-Normands n'ont finalement été que peu mis en danger. Avec un bon pressing, ils parvenaient même à s'offrir quelques situations intéressantes en contre. « Le début de match a été exactement conforme à ce que j'attendais. On les a pris à la gorge. On a fait les deux premiers tiers qu'il fallait. » Michaël Dupont avait néanmoins plusieurs interventions décisives à effectuer, Rouen étant clairement plus dangereux que son adversaire. Quand les Dragons haussaient le ton, Caen se trouvait acculé face à son but. Cependant, les visiteurs peinaient à passer la vitesse supérieure contre des Drakkars disciplinés et non dénués de répondant. Caen pouvait même se prendre à rêver sur les supériorités numériques qu'il se procurait. Seulement, la défense haute de son rival l'empêchait de mettre son jeu en place. « On n'a pas saisi les opportunités à cinq contre quatre, mais il faut reconnaître que Rouen a très bien joué dans ces moments-là. Ils nous ont pressés. » Un peu trop justes techniquement, les Caennais ont souffert de la stratégie déployée par leurs adversaires. Nicolas Deshaies, Ryan Barlock ou Vadim Gyesbreghs ont bien mis Fabrice Lhenry à contribution, mais de manière trop peu appuyée.

 

Contre une équipe clairement supérieure comme peut l'être celle de Rouen, Caen a clairement péché sur le plan offensif. Rarement les Drakkars ont semblé en mesure de prendre le meilleur sur la défense haut-normande, pourtant pas parmi les plus hermétiques de Ligue Magnus. L'explication ne réside pas seulement dans la qualité individuelle. « Contre Rouen, tu perds énormément d'énergie à défendre, en particulier dans les duels. Ensuite, ça devient très difficile d'exploser devant. » Rouen, qui peut se prévaloir d'une toute autre maîtrise collective, se trouve dans une situation très différente. « Ils sont sûrs de leur fait et ont été très patients. Ils trouvent les espaces. Contre eux, ce sont les détails qui font la différence. On n'a pas le droit à la moindre erreur, on en a eu la preuve. On avait une grande envie, mais dans ce genre de match il faut aussi jouer avec la tête. » Bien que prévisible, cette défaite coûte cher aux Caennais. Brest a marqué un point en s'inclinant aux tirs au but à Briançon. Morzine et Lyon ont tous deux gagné. Résultat, la douzième place synonyme de play-offs est désormais à quatre longueurs. Lyon, que Caen ira défier dimanche, est à six points. Le train n'attend pas...

 

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr