Jonathan Tendron : « Réaliser le miracle »

Envoyer Imprimer PDF
C'est un baroudeur infatigable à la carrière tout sauf linéaire. Autant réputé pour la qualité de son pied gauche que pour son caractère, Jonathan Tendron vient de s'engager en faveur du club de futsal d'Hérouville. Le buteur se réserve une deuxième partie de saison riche en défis, que ce soit en D2 avec Hérouville, en DSR avec Ifs et en première division avec l'équipe de la Guérinière qu'il continue d'entraîner. Interview.


Jonathan, comment vous êtes-vous retrouvé à Hérouville ?

Abdou Alla m'avait déjà proposé de les rejoindre, mais avec les doubles licences ce n'était pas facile, et puis je jouais avec la Guérinière futsal. Mais vu le projet important de la Guérinière futsal et du règlement concernant les licences, c'était compliqué pour moi de pouvoir m'investir a bloc. Alors pourquoi pas tenter l'impossible avec Hérouville. J'espère vraiment que la Guérinière arrivera à réaliser ses objectifs.


Est-ce que cela signifie que vous aviez du mal à concilier le futsal et le foot en herbe à Ifs ?

Tous simplement, je ne pouvais pas m'entraîner avec la Guérinière, et les séances à 21h ça fait tard... Le coach demande une présence obligatoire pour être convoqué aux matchs. Il a complètement raison, c'est d'ailleurs pour ça qu'il fallait faire un choix. Je fonctionne moi-même de la même façon en tant qu'entraîneur. Celui qui ne s'entraîne pas ne joue pas. La Guérinière reste mon quartier, mes amis. Mais ce n'était pas possible pour moi et je leur souhaite vraiment que du bien.


Les arrivées de Samir et Nabil Alla au futsal ont-elles influé sur votre choix ?

Forcément... Samir et Nabil sont tous simplement les meilleurs joueurs de notre région. Ce sont également des bons mecs, alors c'est un plaisir de pouvoir jouer avec ce genre de joueurs. Mais ce qui serait énorme, ce serait de réaliser le miracle : c'est-à-dire le maintien en Ligue 2.


C'est clairement l'objectif ?

Bien sûr. Nous ne sommes pas fous, ce sera très compliqué, limite impossible. Mais pourquoi pas tenter l'impossible, justement ? (NDLR : Avant-dernier du classement avec une seule victoire en onze matchs, Hérouville est à onze points du premier non relégable.)


Vous avez connu une relégation la saison dernière avec La Guérinière : quelle est la clé d'un maintien en D2 ?

La clé ? Samir, Nabil, Abdou et les autres. Le talent parlera. Et puis, Hérouville comme la Guérinière a un plus : c'est son public, qui est toujours présent à domicile. N'oublions pas non plus que nous sommes en mission pour Aziz. Aziz était très respecté à Hérouville, très aimé. Je me mets à la place des joueurs car en 2003, j'ai aussi perdu un ami proche, Adrien Guerville. Pendant pas mal de temps, j'ai joué pour lui et lui rendre hommage... On a la chance de pouvoir jouer au foot, malheureusement eux non.


« Deux montées et un maintien ? Moi j'y crois ! »


On en parlait tout à l'heure, est-ce possible de s'investir à fond en herbe et en futsal ?

Oui et non. Oui car quand je suis en compétition, je m'investis à bloc. Non pour les séances d'entraînement. Rien ne change dans mon planning. Mardi et jeudi, je serai toujours avec mon équipe de la Guérinière, avec qui je prends beaucoup de plaisir. J'ai la chance d'avoir des mecs qui ont envie de progresser, et pour un jeune coach comme moi, c'est super. Mercredi et vendredi, je m'entraîne à Ifs. Je suis dispo le lundi pour Hérouville, si la séance n'est pas trop tard bien sûr (sourire). C'est forcément embêtant de ne pas pouvoir m'entraîner plus avec Hérouville, mais j'ai pris des engagements avec Ifs et la Guérinière, donc je ne les lâche pas.


Où en êtes-vous avec Ifs ?

On vit une période compliquée. On est quatrièmes à quatre points du second. Il y a beaucoup d'absents et des joueurs moins performants, moi le premier. Mais là encore on se battra jusqu'au bout.


Et avec votre équipe de la Guérinière ?

Là nous sommes bien partis : dix matchs, sept victoires et trois nuls, ce qui nous vaut d'être premiers du groupe. C'est simple, si mes joueurs réalisent la même deuxième partie saison, on sera champions. S'ils gardent le même investissement, le même comportement, le même état d'esprit et la même rigueur, ils seront récompensés à la fin de la saison. J'ai confiance en eux. De plus ils font changer tout doucement l'image de la Guérinière.


C'est-à-dire ?

Une équipe qui joue au foot, respectueuse et calme. Pourtant, ils se font pas mal provoquer...


Deux montées et un maintien pour 2015, ce serait le rêve absolu ?

Plus qu'un rêve ! Ce serait magnifique.


Est-ce possible ?

Perso, moi j'y crois.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr