L'Ovalie Caennaise n'a pas laissé filer sa chance

Envoyer Imprimer PDF

Basket. Caen 22 – 13 Rennes, 11ème journée de Top 8. L'Ovalie Caennaise a pris sa revanche ! Battue 29-10 lors du match aller, elle a remporté le derby de l'ouest hier après-midi au stade Hélitas. Malgré un bref avantage rennais en deuxième période, les Caennaises ont été logiquement récompensées de leur bonne prestation. À trois matchs du terme de la saison, elles s'installent provisoirement au cinquième rang du classement.


Mieux valait ne pas être en retard dans ce "classico" Normandie – Bretagne. L'Ovalie Caennaise n'avait besoin que de deux minutes pour prendre l'avantage par Marion Bouquet. L'essai transformé par Solveig de La Hougue donnait sept points d'avance aux locales (7-0, 3'). « On a très bien débuté le match mais on a ensuite levé le pied, regrette l'entraîneur caennais Gilles Rabier. On les a laissées sortir la tête de l'eau. » Les débats s'équilibraient rapidement et Rennes profitait d'une interception pour revenir à deux points de son adversaire (7-5). Caen ne s'en laissait pas compter. Dans la foulée de cette réduction du score, les Caennaises creusaient de nouveau l'écart sur un deuxième essai de Marion Bouquet. Pour son dernier match à domicile, l'avant-dernier de sa carrière avant le déplacement à Bobigny samedi, la troisième ligne venait conclure une superbe action collective initiée par un coup de pied de Sandrine Boisseau (12-5). Dans le temps additionnel de la première mi-temps, Rennes revenait dans la partie à la faveur d'une pénalité face aux poteaux (12-8 à la mi-temps).

 

Les Bretonnes souffraient néanmoins face à des Caennaises en jambes et l'entame de la deuxième période était totalement à l'avantage des locales. Mais faute de parvenir à concrétiser, les partenaires de Stéphanie Provost restaient sous la menace. Et le temps-fort caennais se muait en faveur de Rennes. Cette fois, les Rennaises ne manquaient pas l'occasion. Elles aplatissaient une deuxième fois dans l'en-but caennais et passaient devant (12-13). Caen n'avait que d'un peu plus de cinq minutes pour faire entendre son son de cloche. Marianne Dubois faisait valoir sa vitesse sur l'aile gauche et concrétisait l'excellente action locale (17-13). L'Ovalie avait désormais le match en main et Emma Romain enfonçait le clou juste avant le coup de sifflet final. Bénéficiant d'un gros travail d'Ophélie Gincourt, la troisième ligne inscrivait le quatrième essai de sa formation. « Les filles ont été très fortes après que Rennes soit passé devant, parce qu'elles ont réussi à redonner le coup de rein pour marquer deux nouveaux essais. C'est une belle victoire. On savait qu'il n'y avait pas grand-chose, un petit déclic à avoir, pour passer de la barre moins à la barre plus. Aujourd'hui, c'est la barre plus. »


Une saison de transition encourageante


Souvent, cette saison, l'Ovalie Caennaise est sortie frustrée de ses matchs. Sa défaite de quatre points contre Lille (3-7), comme celles de sept points contre Saint-Orens (10-17) et Perpignan (22-29), en sont les parfaits exemples. « Sur beaucoup de matchs, on est passé à très peu de choses de la victoire. On n'arrive pas à scorer sur nos temps forts, et c'est sur nos erreurs que les adversaires marquent. Plein d'équipes disent que Caen n'est pas à sa place, mais c'est le sport. » La place de Caen, en attendant les deux matchs en retard de Bobigny, c'est la cinquième. Désormais loin de La Valette, dernier et seul relégable (elle jouera un match de barrage contre le premier de la division inférieure), mais hors de portée du top 4. Pour autant les enseignements de cette saison de transition sont plutôt positifs pour l'Ovalie. « On savait que ça serait difficile compte tenu de la jeunesse de l'équipe, des départs à l'intersaison et des changements de poste qui en ont résulté, poursuit Gilles Rabier. On savait aussi que le groupe avait des gros potentiels individuels et un vrai potentiel collectif aussi. Le plus dur a été de mettre en place ce potentiel collectif. On n'est pas loin d'arriver à nos fins. On a tâtonné pour trouver la bonne formule, mais depuis deux-trois matchs, ça va un peu mieux. On a trouvé notre vitesse de croisière, sans vouloir trop parader. Il y a encore plein de choses à travailler, mais justement, c'est de bon augure. »


Le troisième essai caennais par Marianne Dubois.

 

Caen se rendra à Bobigny, adversaire direct en milieu de classement, samedi soir. Il y aura ensuite une trêve de deux mois en raison du tournoi des Six Nations. La saison se terminera par deux chocs face à Montpellier, le 29 mars, et à Perpignan le week-end suivant.

 

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr