L'AGC croit en ses chances

Envoyer Imprimer PDF

Football. AG Caen – Orvault, 16ème de finale de la Coupe de France féminine (cet après-midi, 14h30). Sept ans après sa création, la section féminine de l'Avant Garde Caennaise se prépare à vivre un nouveau moment exceptionnel de sa courte existence, cet après-midi au campus 2. Elle tentera face à Orvault d'accéder aux huitièmes de finale de la Coupe de France. Malgré la supériorité de l'adversaire, pensionnaire de deuxième division, les Caennaises croient dur comme fer en l'exploit.


« Être dans les trente-deux meilleures équipes de France pour un club créé il y a sept ans, c'est juste énorme. » Dans le club house de l'Avant Garde, à l'heure du traditionnel et fameux apéro du jeudi soir, Anne-Sophie Cahan semble avoir encore du mal à réaliser. Elle et ses partenaires viennent de boucler leur dernier entraînement avant l'échéance des 16èmes de finale de la Coupe de France, trois jours plus tard. Et l'enjeu attise leur esprit de compétition. « Tout le monde se prend au jeu, confie l'arrière gauche. On ne se dit pas qu'on va perdre, on y va pour gagner. » Cet état d'esprit volontariste, l'entraîneur caennais Vincent Hié ne l'a pas perçu de la même manière au cours des deux semaines de préparation. Au point de soulever quelques craintes. « J'ai l'impression qu'on se dit que ce qui a été fait est déjà énorme et que ce n'est pas grave si on perd. C'est la première fois cette saison que j'ai eu ce sentiment, celui que les filles partaient battues. » Deux éléments ont néanmoins « rassuré » le technicien caennais : le match d'Orvault face à Quimper, supervisé dimanche dernier, et le comportement observé sur la dernière séance d'entraînement. « On n'allait pas dans la bonne direction mardi (lors du précédent entraînement, ndlr). Je suis amplement rassuré par les attitudes. »


Vincent Hié n'est « pas inquiet » et ne manque pas de transmettre le mot d'ordre de tout un club : l'exploit est possible. Après avoir affronté la lanterne rouge de D2 dans le groupe A, l'AGC a de nouveau bénéficié d'un tirage au sort plutôt favorable en tombant sur Orvault au tour suivant. Certes, les Nantaises sont bien plus fortes que l'étaient les Amiénoises, mais elles aussi figurent en bas de tableau de deuxième division. Elles sont neuvièmes de la poule B, celle de Condé (vainqueur 3-0 du match de championnat entre les deux équipes), avec trois victoires, deux nuls et neuf défaites. Attaque la moins prolifique du groupe (douze buts en autant de matchs), elles encaissent en moyenne plus de deux buts par rencontre. « Il faut bien être conscient que ce sera un match très difficile, assène Vincent Hié. Orvault va nous pousser dans une dimension de concentration dont on n'a pas l'habitude. Mais je suis plus rassuré de nos capacités de les battre depuis que je les ai vues jouer. Même si elles maîtrisent leur jeu, elles ont beaucoup de failles. » Avec son jeu direct, Orvault peut très vite amener le danger devant le but adverse, d'où l'extrême vigilance dont devront faire preuve les joueuses caennaises. À ce titre, le retour dans la charnière centrale de Tatiana Bastard, suspendue au tour précédent, sera extrêmement précieux. L'efficacité sera l'autre clé d'une rencontre a priori ouverte.


Au-delà des considérations sportives, le contexte sera également à prendre en compte. Plus de 400 spectateurs s'étaient massés au campus 2 en 32ème de finale. Au moins autant sont attendus cette fois-ci. « Au boulot, personne ne savait que je jouais au foot avant, raconte Anne-Sophie Cahan. Maintenant, mes collègues prennent des nouvelles et certains d'enter eux viendront voir le match. Si on parle de nous aujourd'hui, c'est grâce à la coupe. Flers a eu beau disputer les interrégions la saison dernière, ça n'a pas fait parler autant. » La magie de la vieille dame dans sa version féminine ! « Il y a beaucoup d'effervescence, confirme Vincent Hié. Plus on passe les tours et plus on grandit à tous les niveaux. Tout est fait de la part du club pour que le staff n'est qu'à gérer l'aspect sportif. Le club grandit mais les filles grandissent aussi. Le championnat révèle la richesse d'un groupe, la coupe révèle sa force. On a connu toute sorte de scénarii pour arriver en seizième de finale. Si on s'en est sorti, ce n'est pas par hasard. »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr