La fête ternie par une défaite

Envoyer Imprimer PDF

Malgré un niveau en progression par rapport aux précédentes rencontres, particulièrement en première période, les Caennais ont concédé leur deuxième défaite consécutive contre Metz, ce soir. Leur invincibilité à domicile, un des challenges de la fin de saison, a donc pris fin à l'occasion de cette 19ème et dernière rencontre de la saison à d'Ornano. Malherbe a laissé passer sa chance en première mi-temps en manquant cruellement de réalisme. Ce réalisme, Metz l'a eu en seconde mi-temps en inscrivant deux superbes buts.

 

Malgré les chants des supporters et les « qui ne saute pas n'est pas Caennais », le tour d'honneur des Malherbistes n'avait rien de festif. Revêtus d'un tee-shirt sur lequel figurait une lettre de sorte que, chaque joueur à sa place, on pouvait lire « Merci à vous public », leur visage était marqué par la déception. Contre Metz, le Stade Malherbe a concédé son sixième match sans victoire et son deuxième revers consécutifs. Il est aussi tombé pour la première fois de la saison dans son antre. Cela fait beaucoup. C'est pourtant sans conséquence, puisque Brest vit lui aussi une fin de saison compliquée et reste à deux points du leader après sa lourde défaite contre Dijon (1-4).


Ennuyeux au possible lors de leurs précédentes rencontres au stade d'Ornano, les Caennais affichaient dès le départ de belles ambitions. Avec leur équipe-type, ils prenaient immédiatement possession du ballon et mettaient du rythme dans leur jeu. Des têtes de Leca et Nivet sur coups de pied arrêtés apportaient le premier danger (5' et 7'). Un danger qui se rapprochait à mesure que la mi-temps avançait. La reprise d'Eluchans au-delà du deuxième poteau était déviée à son origine par en corner mais faisait passer des frissons dans le camp messin (15'). Nivet était tout aussi inquiétant mais manquait le cadre après avoir profité d'un mauvais dégagement du gardien adverse (22'). Le meneur de jeu, victime d'un traitement de faveur de la part de ses adversaires, se mettait à nouveau en évidence d'une reprise de volée sur le gardien (28') tandis que Langil tentait sa chance de loin sans succès (28'). Caen dominait assez nettement les débats, mais Metz montrait sa force de frappe en contre-attaque. Thébaux avait dû s'employer pour sortir de sa lucarne un joli tir (15') et il devait à nouveau intervenir sur une déviation de Wiltord (27'). A la différence de Caen, Metz trouvait le cadre.


À la demi-heure de jeu, les Grenats rééquilibraient la partie et tentaient quelques escarmouches peu dangereuses (30' et 32'). Les cinq dernières minutes de la première période étaient toutefois à l'avantage total des Caennais. Ceux-ci se procuraient quatre occasions très nettes d'ouvrir le score. Mais Sissoko repoussait la frappe lointaine mais puissante de Leca (40') tout comme la reprise du plat du pied d'Eluchans, en position idéale (42'). Langil de la tête puis Nivet seul face au but d'une reprise sans contrôle rataient à nouveau le cadre (42' et 46').


La partie était toutefois animée et Caen se donnait les moyens d'empocher les trois points. Cependant, au retour des vestiaires, l'intensité retombait subitement. Caen se cherchait et n'arrivait plus à poser son jeu. Metz n'en demandait pas tant. Rocchi récupérait un ballon un peu avant la surface, prenait le temps de bien se positionner – n'étant pas attaqué – et dégainait un missile dans la lucarne du but protégé par Thébaux (0-1, 49'). El Arabi répondait immédiatement en sollicitant les réflexes de Sissoko (54') mais Mutsch n'était pas loin de plier l'affaire. La transversale renvoyait son lob (55').

Le Stade Malherbe tentait bien de réagir, mais il le faisait de manière brouillonne. Les entrées de Traoré (58') puis Toudic (64'), donnant un visage particulièrement offensif à l'équipe bas-normande n'avaient pas les répercussions escomptées. Malgré quelques tentatives caennaises sur coup-francs (65', 68' et 70'), Metz restait serein. Il frôlait même le break sur corner (73').


A l'abord des dix dernières minutes, comme contre Laval, Caen poussait franchement, sans que cela se traduise par de réelles opportunités de but. À cinq minutes de la fin du match, Bourgeois mettait un terme aux espoirs caennais en inscrivant un superbe but. Démarqué a deuxième poteau, il catapultait une reprise de volée dans la lucarne opposée (0-2, 85'). Le SMC ne trouvait pas les forces de repartir de l'avant et les dernières situations chaudes étaient à mettre au crédit des visiteurs (87' et 93').

 

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr