Grosse performance du Caen TTC contre Chartres

Envoyer Imprimer PDF

Tennis de table. Caen 3 – 3 Chartres, 12ème journée de Pro A. Le Caen TTC a réalisé une très belle performance en décrochant le match nul face au triple champion de France en titre, mardi soir au gymnase Rufa. Menés 2-0 à l'issue des deux premiers matchs, les Caennais se sont ensuite relancés. Ils confortent leur avance sur la zone rouge.

 

 

La salle Rufa, où le Caen TTC a pris ses quartiers depuis quelques années, a vécu une grande soirée de sport, mardi soir. L'affiche opposant ses protégés aux triples champions de France chartrains a allié grosse performance et grand spectacle. « En l'absence de leur numéro 1 (Ning Gao, ndlr), on s'était dit avant le match qu'il y avait une petite opportunité, précise Romain Lorentz. Néanmoins, Chartres était largement favori. » Avec les numéros 5, 7 et 30 français dans ses rangs, le deuxième du classement affichait effectivement des arguments dignes d'intérêt... que le début de match n'a pas manqué de confirmer. Après deux rencontres, les visiteurs menaient 2-0 et les locaux n'avaient pas gagné le moindre set. Pire, sur six manches, une seule avait été accrochée ! Jakub Kleprlik et Zoltan Fejer-Konnerth s'étaient fait écraser par les deux meilleurs chartrains, Par Gerell et Robert Gardos. « Il y avait une grosse différence, concède Xavier Renouvin. Évidemment, ce n'était pas un très bon départ, mais le score n'était pas non plus illogique compte tenu de l'écart du classement entre les joueurs. »


L'exploit pour Kleprlik


Le troisième duel – décisif – promettait d'être tout autre puisque, cette fois, le rapport de force était favorable au Caennais. Romain Lorentz, leader du trio bas-normand cette saison, défiait le vétéran virois Damien Éloi. « Je savais qui si je perdais, c'était terminé pour nous, mais que si je gagnais, on gardait nos chances d'accrocher le match nul. Ça n'a pas été un très grand match, c'était assez fermé, mais j'ai bien joué sur les points importants. » Le pensionnaire de l'INSEP a lâché la deuxième manche 14-12 mais s'est imposé 3-1 sans trembler. « Sa victoire a fait beaucoup de bien, confirme Xavier Renouvin. Elle a entretenu l'espoir. » Pour que la flamme continue de briller après la mi-temps, Caen se devait de réaliser un exploit. La tâche incombait à Jakub Kleprlik, opposé au numéro 4 européen et 20 mondial Robert Gardos, ou à Romain Lorentz, qui allait prendre sa suite face à Par Gerell.


Romain Lorentz

Le Tchèque, adepte des défis déséquilibrés, jouait crânement sa chance dès l'entame de la rencontre, à tel point qu'il enlevait les deux premiers sets (13-11 et 12-10). « Jakub a un service particulier qui a vraiment gêné Gardos en début de match, explique Xavier Renouvin. Quand son adversaire a réussi à s'adapter, il a fallu faire autrement. » Le Caennais n'a pas existé dans les deux manches suivantes, perdues 11-4 et 11-5. La belle allait départager les deux hommes et le Chartrain avait l'avantage de la dynamique. Il prenait d'ailleurs l'ascendant dans un premier temps (5-7), avant que Jakub Kleprlik n'élève encore son niveau de jeu. Le numéro 43 français remportait quatre échanges de suite et tenait bon pour conclure le match 11-8. « C'est une performance incroyable, s'enthousiasme Xavier Renouvin. C'est du très haut vol. » Le vainqueur, aussi tranquille et souriant qu'à l'accoutumée une fois le match terminé, savourait le résultat sans en rajouter. « Je suis content de ma victoire mais si on n'avait pas obtenu le match nul, ça n'aurait pas compté pour moi. Ça reste sans doute la plus belle performance de ma carrière. J'aime bien ce style d'adversaire et j'ai pu évoluer à mon meilleur niveau contre lui. Je suis aussi resté très concentré tactiquement. »


Le show Fejer-Konnerth


À 2-2, avec un dernier match clairement à sa portée, Caen avait retourné une situation bien compromise et le nul était plus que jamais d'actualité. Romain Lorentz pouvait donc aborder sans énorme pression la confrontation face à Par Gerell. Battu 13-11 dans le premier set, vainqueur 9-11 du deuxième, le natif de Rambouillet laissait l'espoir permis. D'autant que le Suédois, aux services contestés et à l'attitude parfois contestable, peinait de nouveau à faire la différence dans le troisième set (11-13). Il était en revanche plus fort au moment de boucler l'affaire 11-8 dans la dernière manche. Cette fois, la marche était un peu trop haute. Chartres reprenait l'avantage avant la dernière partie opposant Zoltan Fejer-Konnerth, en petite forme, à Damien Éloi. L'Allemand, battu quatre fois sur quatre en 2015 et grippé la semaine précédente, faisait probablement le plus dur en remportant le premier point après des débats accrochés (14-12). Devant un ancien caennais très nerveux et expressif, il gardait la maîtrise du jeu dans les deux manches suivantes (11-9 et 11-8) et offrait à Caen les deux points du match nul. Mais son match ne s'est pas distingué seulement par son résultat final, bien que crucial. En gagnant un point après avoir tenté un incroyable coup dans le dos, Zoltan Fejer-Konnerth a scotché le mince public caennais, ses partenaires... et lui-même. « Ce n'est pas quelque chose que je travaille à l'entraînement, c'est un reflex. Si je n'avais pas pris la balle de cette manière, je n'aurais pas pu la rattraper. Pendant quelques instants, j'ai eu du mal à me reconcentrer ! » Au-delà de ce fait de jeu comme jamais on en voit, l'Allemand a apprécié sa « solidité mentale » faute d'avoir pu s'appuyer sur son physique. « I'm dead, lâchait-il dans un sourire au sortir du vestiaire. Je n'avais aucune énergie ce soir. »


Zoltan Fejer-Konnerth

Saint-Louis et Issy-les-Moulineaux s'étant sèchement inclinés 4-0 lors de cette douzième journée de Pro A, Caen gagne un point sur les deux relégables. La zone rouge est désormais à trois longueurs avant le déplacement à Pontoise, mardi 10 mars.

 

Le coup dans le dos de Zoltan Fejer-Konnerth :

Dim lights Embed Embed this video on your site

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr