L'USOM à un cheveu de l'exploit

Envoyer Imprimer PDF
Basket. Mondeville 56 – 59 Montpellier, 20ème journée de Ligue Féminine. Face à Montpellier, deuxième du championnat, équipe ayant joué l'Euroleague et dont beaucoup de joueuses sont internationales, on pouvait craindre que l'USOM prenne une correction, samedi soir. Mais les Mondevillaises ont du cœur et elles l'ont prouvé en faisant douter le champion de France jusqu'à la fin. Dans un match très défensif et physique, les Bas-Normandes se sont accrochées jusqu'au bout devant une Halle Bérégovoy plus bruyante que d'habitude. Malheureusement, le dernier shoot pour la prolongation s'avérera trop court.



D-FENSE !! D-FENSE !!

Il faudra attendre un bon bout de temps avant de voir un panier inscrit dans ce match : Dijon, Godin, Skrela, Krawczyk, Hurt, Halman, Ayayi, Millavet et Sharp... Toutes ont shooté, toutes ont manqué. Le match commence par treize tirs ratés. Mais ne vous y méprenez pas, il ne s'agit pas (que) de maladresse : « Montpellier était maladroit parce qu'on défendait très bien. On était maladroit aussi car Montpellier défendait très bien également. Valéry Demory a une équipe qui est moins athlétique cette saison, mais qui défend toujours dur : Lardy, Tanqueray, Godin, Halman, Skrela, Ayayi... C'est du costaud. ». A noter qu'après deux minutes de jeu, Mondeville connaît un gros coup dur avec la sortie sur blessure de Pauline Krawczyk.

Valériane Ayayi débloque le compteur de Montpellier sur une passe d'une ancienne de la région : Ingrid Tanqueray. Une minute plus tard, KB Sharp égalise. Après cinq minutes de jeu, le score est de 2-2. On peut effectivement dire que le match est défensif, et ce rythme convient à l'USOM :
« Nous étions obligés de faire un match défensif parce qu'on a quand même beaucoup misé sur l'attaque et force est de constater qu'il nous faut quand même une dureté défensive à ce niveau-là et ce championnat de Ligue Féminine, c'est un qui est dur, qui est intense et c'est comme ça qu'il faut qu'on joue. ». Romain L'Hermitte fait tourner avec l'entrée de Mosengo-Masa. Cette dernière réalise une très bonne entrée en marquant de suite sur un service de Lysa Millavet. Le score peine à avancer, ça défend dur sur tous les ballons et bon nombre d'offensives sont tuées dans l’œuf. Ça court, ça se bat, ça défend... On adore ! On adhère même ! Après que Montpellier a pris un petit écart (4-9), les Mondevillaises commencent à trouver des solutions en attaque pour terminer sur un joli 8-0 qui permet, contre toute attente, à l'USOM de virer en tête à la fin de cette première période (12-9)



Les attaques se réveillent un peu, mais le match redevient vite défensif.


Alors que le premier quart avait connu un début timide en attaque, c'est l'inverse qui se passe lors de ce second quart avec un 10-12 en cinq minutes. Le match passe en mode « ping-pong », dès que l'USOM crée un petit écart, les Montpelliéraines marquent juste derrière. Mais grâce à une Ayayi très adroite de loin, le BLMA parvient à passer devant. Malgré ce regain de forme en attaque, les tirs ratés se multiplient encore car les défenses sont très présentes. Montpellier trouve ses shoots en périphérie car la raquette mondevillaise, c'est « zone interdite ». Les joueuses de l'USOM n'hésitent pas à casser des bras (au figuré bien sûr) pour ne pas encaisser de panier :
« La consigne c'était : pas de panier facile ! Donc elles ont respecté les consignes. ».

Les joueuses de Demory enchaînent un 8-0, profitant de leurs nombreux allers-retours sur la ligne (même si elles laissent filer beaucoup de lancers-francs). Courtney Hurt stoppe l'hémorragie avec un panier marqué à 22 secondes du terme. Alors qu'il reste quelques secondes, Ayayi tire trois fois au panier : Premier ? Manqué ! Deuxième ? Manqué ! Troisième ? Faute de Marine Johannes ! Le buzzer retentit et la n°11 montpelliéraine se retrouve seule sur la ligne pour deux lancers et devant un public très bruyant dans le but de la déconcentrer... Marine Johannes sera créditée d'une « bonne faute » car les deux tirs seront loupés. A la mi-temps, le score est de 24-27 en faveur de Montpellier. Dans un esprit défensif qu'on ne lui connaissait pas, Mondeville excelle et c'est simplement l'expérience de l'adversaire qui fait la différence :
« On a une équipe qui peut faire des grandes choses, on le sait. Mais ça passe par le combat, par de la dureté, choses qu'on a été capable de faire aujourd'hui et c'est vraiment la bonne note. Aujourd'hui, on a vraiment été capable de défendre très dur, on a réussi à trouver une âme défensive qu'on n'avait jamais trouvée pour l'instant et je pense que c'est ça qui est vraiment important. »



Maja Vucurovic он фире!

La seconde période va être extrêmement serrée et va voir les deux équipes se rendre coup pour coup. Après deux
minutes de jeu, l'USOM parvient à égaliser sur un shoot à 3-points de Julie Vanloo. Mais Godin redonne trois unités d'avance aux siennes dès l'action suivante avec un panier plus la faute. Le score est de 29-32 et il ne va plus bouger pendant trois minutes. Les défenses sont en place et l'accès au panier se fait de plus en plus rare. Les entraîneurs pianotent sur leur banc en quête de solutions, en vain. C'est Anaël Lardy qui débloque la situation avec un panier à 2-points auquel répond aussitôt Courtney Hurt.

Maja Vucurovic va alors prendre les rênes du match : la Serbe ramène d'abord son équipe à -1 avant qu'Ajanovic et Lardy ne redonnent 5pts d'avance à Montpellier. Et c'est là que la n°12 mondevillaise prend feu : elle récupère d'abord un rebond offensif et marque juste derrière. Dès la défense suivante, elle récupère le rebond défensif et s'en va provoquer la faute. Elle ne tremble pas sur la ligne, 2/2. L'USOM n'est plus qu'à 1pt et Vucurovic, encore et toujours elle, plante un shoot lointain en tête de raquette qui fera exulter la Halle Bérégovoy et qui, surtout, permet aux Mondevillaises de prendre l'avantage (39-38) à 36 secondes du terme de la période. En moins de trois minutes, Maja Vucurovic vient d'enchaîner 8 points consécutifs, rattrapant ainsi un début de match moyen. Tanqueray et Godin profiteront des lancers-francs pour reprendre trois points d'avance avant d'entamer l'ultime période (39-42). Le score de parité de ce quart-temps (15-15) témoigne du combat acharné que se livrent les deux équipes. Face au talent et au surplus d'expérience de leurs adversaires, toutes, nous disons bien toutes les joueuses de l'USOM compensent par une combativité, une hargne de tous les instants.

Sharp à deux doigts de nous refaire le coup !

Le dernier quart commence et le BL
MA montre son intention d'en finir dès le début avec un 5-0 instigué par Ayayi. Par la suite, Ingrid Tanqueray marque un tir primé et force Romain L'Hermitte à prendre un temps-mort alors que son équipe vient d'encaisser un 8-2 en quatre minutes. A partir de cet instant, le scénario du match ne va pas changer : Mondeville grignote son retard pour revenir à quelques unités de l'adversaire et Montpellier plante des paniers assassins aux moments opportuns pour conserver l'avantage. Vucurovic et Hurt font 4/4 aux lancers pour revenir à -3, mais cette diablesse d'Ingrid Tanqueray plante un nouveau tir derrière les 6,75m. Sharp va ensuite faire également 2/2 aux lancers avant que Lysa Millavet ne fasse exploser l'assistance par un 3-points qui ramène l'USOM à -1 (52-53). Mais la joie est de courte durée car Godin marque dès l'action suivante.

Les balles perdues vont ensuite s'enchaîner des deux côtés alors que le chrono défile. Le public mondevillais passe de la frayeur sans conséquence (Ayayi rate son 3-points) à l'espoir non récompensé (KB Sharp fait de même). La dernière minute est complètement folle : après le 3-points loupé de KB, Montpellier perd le ballon alors qu'il reste 39 secondes. L'USOM cherche le shoot à 3-points mais ne trouve pas de position de tir libre. Faute sur KB Sharp, il reste 20 secondes et cette dernière met ses deux lancers : 54-55. Mondeville fait logiquement faute, 16 secondes restantes et Tanqueray aux lancers. Elle met le premier (54-56)... mais rate le deuxième. C'est LA chance de Mondeville... qui la laisse filer en concédant un rebond offensif de Naomi Halman. Faute sur Skrela qui ne tremble pas et convertit ses deux lancers, +4 pour Montpellier à 9 secondes de la fin.

Vous êtes toujours là ? Parce que ce n'est pas fini. Temps-mort de l'USOM qui sort un système pour avoir un shoot à 3-points, Sharp l'obtient... manqué ! Mais Courtney Hurt prend le rebond (son... wow, 21ème) et marque de suite : 56-58 ! Marine Johannes commet une (grosse) faute sur Ajanovic pour stopper le chrono et cette dernière hérite de deux nouveaux lancers. Pour que Mondeville puisse toujours y croire (alors qu'il ne reste qu'une poignée de secondes, moins de cinq), il faut au moins qu'elle en loupe un. Ce vœu est exaucé dès le premier tir. Ajanovic marque son deuxième et nouveau temps-mort pour l'USO. 56-59, il reste quelques secondes et on peut deviner les pensées de tous les membres du public : « Et si.. ? Et si on refaisait le coup ? », référence au match face à Nantes. Et c'est justement KB Sharp, qui avait marq
ué le buzzer qui hérite de la balle à 3-points en tête de raquette. Le shoot part... tout le monde suit la balle des yeux, on y croit comme jamais, la trajectoire paraît bonne... Trop court ! Le ballon touche l'avant du cercle et termine dans les mains des Montpelliéraines, victorieuses donc 56-59.



« Un gros combat ! »

Défaite donc pour des Mondevillaises courageuses :
« La seule déception que j'ai aujourd'hui c'est que j'ai un point qui s'est envolé au classement et que c'est le deuxième qu'on envoie en l'air avec le match de Villeneuve-d'Ascq, match qu'on doit gagner. On a peut-être été encore plus proche de Villeneuve-d'Ascq que de Montpellier aujourd'hui parce qu'à un moment, on a la balle pour faire le break. Alors que là, bon, elles ont quand même été devant tout le dernier quart-temps. C'est ça qui est frustrant, c'est que ce sont des points qui s'envolent et qu'aujourd'hui, on n'est plus huitième. On a toujours envie d'être le plus haut possible et quand on est compétiteur, comme tout le monde l'est dans l'équipe, c'est ça qui fait mal, les petits points comme ça qui partent en fumée. Alors oui, c'était Montpellier mais ça fait quand même un point de moins au classement et ce sont des points qu'il va falloir aller chercher à Angers, à Arras et à Tarbes. ». C'est effectivement l'un des rares (le seul ?) points de déception car sinon, l'USOM a vraiment réalisé une belle performance défensive. De plus, il est à noter que toutes les joueuses, sans exception, ont eu ce même instinct carnassier en défense. Un instinct issu d'une semaine très (mais alors trèèèès) dure : « Les filles ont souffert toute la semaine car j'ai entraîné à la dure et je suis vraiment très content qu'elles aient adhéré à ça parce que c'était un peu du quitte ou double, c'était un peu dangereux, j'avais un peu peur de perdre tout le monde en faisant ça mais c'est vraiment une équipe qui est réceptive. Elles ont fait un gros combat, sans Pauline qui est notre guerrière n°1, donc je voulais vraiment souligner notre performance. ».

Dans ce match défensif (21/60 à 35% aux tirs pour l'USOM, 32% à 19/60 pour Montpellier, 83 rebonds), certaines lignes de stats pique
nt les yeux. Même si tout le collectif local doit être mis en avant sur ce match, on peut difficilement occulter l'impressionnant double double-double de Courtney Hurt (22pts et 21rbds). Cette dernière a livré un gros combat avec Elodie Godin (11pts, 18rbds). Montpellier a mené pendant la quasi totalité de la partie (30 minutes) et sa victoire ne souffre d'aucune contestation. Citons les bonnes perfs d'Ayayi (20pts, 8rbds) et d'une Ingrid Tanqueray clutch et motivée à l'idée de jouer sur les terres de ses premiers exploits (11pts, 3rbds, 3pds, 3ints). Le BLMA aurait pu se mettre à l'abri avec une meilleure adresse aux lancers (17/28), un problème que ne connaissent pas les Mondevillaises, confirmant leur statut de numéro un du championnat dans l'exercice (12/13). Côté USOM, notons le bon match de Sharp (10pts, 2rbdsn 1pds, 2ints mais 0/6 à 3-points) et de Vucurovic qui fait 4/5ème de ses stats dans le troisième quart (10pts, 4rbds). A noter également la très bonne rentrée de Mosengo-Masa. Mais encore une fois, c'est toute l'équipe qui est à mettre en avant. Tenir le Champion de France et deuxième du championnat, mince ! Ce n'est pas rien !

Pour Pauline Krawczyk, des examens seront fait ce lundi. La présence de la guerrière de l'USOM aurait-elle changé quelque chose ? Le simple fait qu'on se pose la question vous place la joueuse.

Maintenant, place à la suite pour Mondeville qui va forcément, à l'avenir, s'inspirer de ce match au niveau défensif :
« On va vraiment s'appuyer sur ce match, on va continuer de s'axer sur la défense et continuer à apprendre à Julie, à Marine, à Lysa, à Katia (qui a fait une excellente rentrée), à Maja, à Courtney aussi de tout le temps défendre dur et tout le temps jouer dur. Des joueuses qui doivent apprendre à durcir et durcir tout le temps, tout le temps, tout le temps. ».

P.S : une pensée pour Jean-Louis aka « Papy Tambour » qui a fait un malaise durant le match. Sorti de l'hôpital, nous lui souhaitons bon rétablissement.

Marque USOM : J. Vanloo 5pts, K. Sharp 10pts, K. Mosengo-Masa 2pts, M. Johannes 2pts, P. Krawczyk , M. Vucurovic 10pts, S. Dijon 2pts, L. Millavet 3pts, C. Hurt 22pts

Marque BLMA : A. Lardy 4pts, I. Tanqueray 11pts, F. Devillers , V. Ayayi 20pts, G. Skrela 6pts, E. Godin 11pts, I. Ajanovic 7pts, N. Halman

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr