Nicolas Vrel : « La pression est sur Dives et les PTT, pas sur Bayeux »

Envoyer Imprimer PDF
Dans les talons du SU Dives et de l'ASPTT Caen depuis de longs mois, le FC Bayeux n'a cesse de taquiner les gros poissons, au point de rentrer dans la dernière (longue) ligne droite assis dans le fauteuil de dauphin, prêt à déboîter en cas de coup de moins bien des deux favoris. Le moment était fort bien choisi pour faire un état des lieux du club du Bessin avec Nicolas Vrel, taulier expérimenté d'une des défenses les plus hermétiques de DH. La vois de la sagesse … et de l'ambition. Rencontre.



Nicolas, le FC Bayeux sort d'un derby piège à Courseulles et au final vous enchaînez avec une nouvelle victoire ?

C'est vrai, le derby à Courseulles est toujours un match particulier. Nous étions venus pour gagner, d'autant plus qu'on connaissait les résultats de samedi, avec les victoires des PTT et Avranches mais aussi les défaites de Dives et Mondeville. Dans l'objectif que l'on a de nous maintenir dans le haut de tableau, gagner ce derby est une très bonne chose. On a fait preuve de sérieux, on a été disciplinés dans le jeu. On est peut être moins bien en ce moment mais on a su être efficaces. Le boulot a été bien fait.



Tu as l'impression que vous rendez des copies moins propres en ce moment ?

C'est sûr qu'on joue moins bien actuellement, il ne faut pas le cacher. Malgré tout on sait être costauds et on n'a pas une des meilleurs défenses du championnat pour rien. On est aussi capables de varier notre façon de faire en fonction de l'adversaire. Contre les grosses équipes on a la faculté de jouer davantage au ballon. A contrario on peut aussi être plus attentistes et aborder les rencontres différemment. C'est une volonté et on travaille l'efficacité à l'entraînement. En match on en récolte les fruits et l'équipe est capable de marquer même si on ne se procure pas toujours énormément d'occasions. De même, d'un point de vue plus défensif on sait aussi tenir les résultats.


Les performances de l'équipe sont-elles à classer au rang des surprises ?

Je dirais oui et non. Oui si l'on se souvient de notre préparation estivale qui a été particulièrement compliquée avec des résultats moyens pendant les rencontres préparatoires. Mais à côté de ça, on joue quasiment avec la même équipe depuis deux ou trois saisons et on prend les matchs les uns après les autres. Ça fait trois saisons que je suis au club et on a acquis cette culture du haut de tableau, ce qui n'était pas forcément le cas il y a quelques années. Cette seconde place actuelle, on ne l'a pas volée. Si certains de nos matchs ont été moyens, on a toujours su faire preuve de l'efficacité nécessaire pour l'emporter.


« Le groupe fait preuve d'humilité, on ne se prend pas pour d'autres »


Quelles sont les forces de ce groupe ?

Comme je disais ce groupe vit ensemble depuis maintenant quelques années. On a des jeunes mais des jeunes qui ont pris de la bouteille et qui ont gagné en maturité. Mais on ne peut pas s'arrêter au cliché du groupe qui vit bien. A Bayeux, il y a des joueurs de qualité, des joueurs qui savent jouer au ballon, mais on sait aussi batailler quand il le faut. Après, c'est vrai qu'on est une bonne bande de copains bâtie autour d'un effectif assez limité en quantité de 15-16 joueurs. Sans oublier qu'on ne se prend pas pour d'autres. On sait tous d'où l'on vient et le collectif fait preuve d'une grande humilité. On a aussi l'avantage d'avoir pris suffisamment de points en première partie de saison pour être quasiment maintenus à la trêve, et pouvoir se fixer tranquillement d'autres objectifs, en position confortable derrière les deux ténors que sont Dives et les PTT.


Deux rencontres importantes se profilent pour vous et la fin du mois de mars verra des confrontations qui peuvent redistribuer les cartes dans le haut du tableau ?

Moi je considère qu'à la mi-avril on y verra beaucoup plus clair. En ce qui concerne Bayeux, on se déplace samedi à Alençon où il n'est jamais simple de jouer et qui n'est pas à sa place, avant d'accueillir Dives qu'on ne présente plus, et nous rendre à Mondeville. Trois matchs compliqués, mais si on passe ces trois-là sans encombre, on peut penser que le mano à mano avec les PTT va durer un bon moment. Même si Dives est bien sûr toujours dans le coup et pourquoi pas Avranches. Pour Mondeville, s'ils sont battus ce week-end par les PTT, ça va se compliquer sérieusement. Je pense que le match de samedi est leur dernier espoir.


« Dans un mois, on saura »


Où se situe réellement le danger à dix matchs de la fin ?

Le seul danger, c'est nous-mêmes. Comme nous l'a dit récemment Christophe Vingtrois, si on fait 10 sur 10, on monte. On s'est dit ça il y a quatre matchs et on a pris seize points. Dans un mois on saura. De leur côté les PTT sont surprenants, mais ce que nous réalisons, avec uniquement deux défaites face à Dives et Cherbourg, c'est beau. Quoi qu'il en soit, la pression est sur Dives et les PTT, pas sur Bayeux.


Et à Bayeux justement, on se prend à rêver de CFA2 ?

Oui, c'est vrai que ça commence à en parler, chez les dirigeants, les bénévoles, les supporters et même chez les joueurs qui abordent le sujet dans le vestiaire. D'autant plus que c'est un groupe assez jeune, au sein duquel seuls Bazou, Yannick Leclerc, Flo Lair, Nico Engelhard et moi avons connu le niveau national.


Autre échéance importante d'ici la fin de saison avec la coupe de Basse-Normandie pour laquelle vous êtes probablement revanchards et ambitieux ?

La coupe c'est toujours particulier. Quand on passe les premiers tours on ne pense pas forcément à la finalité de cette compétition mais quand arrivent les quarts de finale, comme c'est le cas encore cette année, avec un déplacement à Agon-Coutainville qui ne sera pas simple, on se pique au jeu et clairement cette coupe est devenue un objectif, pour le club comme pour les joueurs. On a disputé une finale l'an dernier, on en est sortis frustrés, mais on a envie d'y retourner. On est avant tout des compétiteurs et c'est une belle expérience.


Et toi personnellement, comment vis-tu cette saison ?

Du haut de mes 32 ans je fais partie des quelques anciens. Je suis là pour encadre et canaliser les plus jeunes qui ont besoin d'être entourés. Je suis bien physiquement, je ne suis pas blessé, au point de n'avoir raté qu'un seul match depuis le début de saison, et encore pour la naissance de ma fille. Je prends beaucoup de plaisir et le fait de faire partie d'une des meilleures défenses de DH est très gratifiant pour un défenseur. Il se dégage une vraie relation de confiance avec Christophe (Vingtrois) et Thierry (Moreau) et je m'éclate comme à vingt ans. Je ne peux pas espérer mieux.


Ça pourrait être l'année de tous les bonheurs pour Nicolas Vrel ?

C'est certain que, en plus de la naissance de Lola, si la saison pouvait déboucher sur une montée en CFA2, ça serait la meilleure saison de ma carrière.



Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr