Hérouville pleine balle vers la Nationale 2

Envoyer Imprimer PDF

Ils ont beau être assurés de terminer la saison au premier rang du classement, les volleyeurs hérouvillais ne s’en contentent pas ! Dimanche, ils ont puisé dans leurs ressources pour dominer en cinq sets leur dauphin, Fontenay. Le Volley Club d’Hérouville réalise une saison exceptionnelle en Nationale 3. Invaincu, il s’apprête à retrouver la Nationale 2 près de quinze ans après son unique expérience à ce niveau.


« C’est une saison incroyable… » Difficile pour Benjamin Meuriot de ne pas user d'un superlatif au moment de qualifier la litanie de victoires à laquelle se résume la saison de sa formation. L'entraîneur-joueur du Volley Club d'Hérouville n'a pas besoin de faire dans la surenchère puisqu'un simple coup d'oeil aux résultats des siens confirme son sentiment. Dix-sept victoires en dix-sept rencontres, 51 sets gagnés pour seulement 8 perdus : Hérouville survole les débats dans la poule F de Nationale 3. Seules deux équipes sont parvenues à le priver des trois points qu'offre une victoire 3-0 ou 3-1 : Saint-Germain au mois de novembre et Fontenay dimanche dernier. Pour avoir lâché deux sets en cours de route, le VCH n'a pris "que" deux points face à eux. Il a particulièrement bataillé pour son dernier match à domicile face à Fontenay, deuxième à désormais quatorze longueurs de lui. Les Bas-Normands ne se sont imposés que 20-18 à la belle (qui se conclut normalement à quinze points si deux points d'écart séparent les deux équipes). « Ça a été une grosse guerre, reconnaît Benjamin Meuriot. Ils ont fait un super match et nous n'avons pas été extraordinaires. Le score du match aller (0-3) avait été très sévère. Là, on a laissé échapper le quatrième set alors qu'on devait finir le match à ce moment-là. Ça s'est joué sur des détails. » Les spectateurs venus en nombre ont eu droit à près de 2h30 de combat avant de retrouver les joueurs autour d'un buffet.

Dimanche, Hérouville bouclera à Saint-Maur un championnat irréprochable. Sa première place, définitivement acquise il y a déjà quelques semaines, lui offre un billet pour la Nationale 2. L'objectif est rempli. « On était ambitieux mais ce n'était pas fait d'avance, souligne Benjamin Meuriot. On n'a pas fait de faux-pas. Psychologiquement, on est plus fort que l'année dernière. Quand on joue moins bien, on arrive à s'en sortir grâce au collectif. » La confiance engendrée par une succession ininterrompue de victoires depuis début octobre joue pleinement son rôle. Hérouville a surtout été capable de corriger les lacunes qui l'avaient empêché de finir en tête la saison dernière. En déplacement, le VCH est devenu intraitable. « Paradoxalement, c'est à domicile qu'on a perdu nos deux points, alors qu'on y a subi une seule défaite sur les quatre dernières années. Nos victoires à l'extérieur ont fait la différence. » D'autant que si Hérouville a été irréprochable, ses poursuivants ont connu plus de difficultés. En dépit de sa deuxième place, Fontenay s'est incliné cinq fois. Enfin, les Hérouvillais ont tiré profit de la stabilité ayant prévalu à l'intersaison 2014. « Je voulais modifier un minimum de choses pour prolonger notre dynamique. » La stratégie a été payante.

Hérouville a désormais un autre défi à relever. Les 30 et 31 mai à Besançon, il tentera d'aller décrocher le titre de champion de France de Nationale 3 en compagnie des sept autres vainqueurs de poule. « Ce n'est pas un objectif prioritaire, mais on ira pour ça. Ça serait bien de ne pas perdre un match de la saison. Ce sera aussi l'occasion de passer un week-end ensemble avant de se reposer pendant un mois. Physiquement, ça tire ! » La suite s'écrira donc en Nationale 2, un niveau qu'Hérouville a côtoyé le temps d'une saison il y a près de quinze ans. Le club, malgré des moyens financiers extrêmement limités, se veut d'ores et déjà ambitieux. « On n'ira pas en N2 pour faire de la figuration. On jouera plus que le maintien. Ces dernières années, on a joué plusieurs matchs contre des équipes de Nationale 2. On a pu se rendre compte qu'on n'était pas loin d'elles. » Hérouville compte s'inscrire à nouveau dans la continuité. Il aspire à renforcer son effectif, « un peu ric rac » en nombre, sans le chambouler. « On ne va pas changer énormément de choses, parce que ça fonctionne. On veut garder les bases et chercher des joueurs qui pourraient apporter un plus. » Au-delà du recrutement, le VCH devra passer un petit cap dans la préparation physique pour soutenir un jeu « plus intensif » où les matchs faciles n'existeront pas.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr