Victor Hugo coince en quart de finale

Envoyer Imprimer PDF

Le lycée Victor Hugo de Caen s'est fait sortir en quart de finale du championnat du monde UNSS, hier à Limoges. Les jeunes basketteuses caennaises sont tombées devant Nantes, déjà leur bourreau en finale du championnat de France. La première mi-temps laissait pourtant présager un autre scénario puisque Caen menait de sept points. Nantes a su parfaitement réagir ensuite.


Le lycée des Bourdonnières va finir par faire faire des cauchemars aux lycéennes de Victor Hugo. Fréquenté par les jeunes joueuses du centre de formation du Nantes Rezé Basket, l'établissement nantais a encore triomphé de son homologue caennais, hier. Comme en poule et en finale du championnat de France. « Le match de poule, c'était différent parce que les deux équipes étaient déjà qualifiées, rappelle Fabrice Calmon. En finale, j'étais très frustré car l'arbitrage nous avait empêché de nous exprimer. Là, c'est plus de la déception. » Les basketteuses mondevillaises ont eu leur chance mais elles n'ont pas réussi à la saisir face à une très belle équipe nantaise.


Les retrouvailles entre les deux formations étaient prévues dès le stade des quarts de finale, le règlement imposant un duel fratricide en cas de double qualification nationale. Victor Hugo réalisait la meilleure entame de match en se détachant dès les premiers échanges (6-0). À la fin du premier quart, Nantes était néanmoins revenu à une seule longueur (16-15). Caen haussait le ton dans la période suivante pour prendre sept points d'avance à la mi-temps (30-23). « On a fait une très bonne première mi-temps. Seulement, on doit être à +15 et non +7. Nantes a très bien géré ses temps faibles, au contraire de nous en deuxième mi-temps. Elles ont mis les lancers, elles ont grappillé des points. Tout ce qu'il fallait pour limiter la casse. »


Limiter la casse, c'est ce que les Mondevillaises n'ont pas su faire en deuxième mi-temps, n'inscrivant que dix petits points. Face à des Nantaises bien plus conquérantes qu'auparavant, elles ont lâché prise. À l'issue du troisième quart, Nantes était passé devant (34-37). La tendance se confirmait dans les dix dernières minutes et les prises de risque caennaises ne payaient pas. « On a défendu correctement en deuxième mi-temps mais on a souffert en attaque. À part avec Marie-Alizé Le Moal, on n'a pas représenté de menace extérieure. Dans la raquette, on a loupé des paniers faciles. J'ai trouvé certaines joueuses très fébriles, rattrapées par l'enjeu. » La jeunesse de l'effectif caennais s'est probablement fait ressentir.


« Au vu de la première mi-temps, on avait largement les moyens de passer, assure Fabrice Calmon. Il y avait plus de maturité côté nantais. Leur meneuse, Camille Lenglet (qui avait joué face à Mondeville en Ligue féminine, ndlr), nous a fait mal en deuxième mi-temps. Elle a conduit son équipe vers la victoire. Nantes mérite sa qualification. » Les Nantaises de Caroline Aubert affronteront la Serbie en demi-finale. Pour Caen, il reste deux matchs à disputer afin d'accrocher la cinquième place. « Faire partie du Top 8 est déjà une satisfaction. » Samedi, la délégation caennaise retrouvera sa Normandie. Sous les couleurs de Mondeville, il s'agira de préparer les gros rendez-vous à venir : quarts de finale du championnat de France cadettes pour les plus jeunes et Final Four du championnat de France espoirs pour les autres. « Pour moi, ce sont des échéances plus importantes, même si dans championnat du monde, il y a monde... »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr