L'ASPTT Caen jouera son maintien dimanche

Envoyer Imprimer PDF

En décrochant sa troisième victoire de la saison dimanche dernier au Plessis Robinson, l’ASPTT Caen aurait pu valider son maintien en Nationale 2 si la logique sportive avait été respectée. Le succès de Saint-Cyr la veille contre une équipe de Saint-Cloud venue sans son effectif de Nationale 2 a modifié la donne. Avant de rencontrer la lanterne rouge dimanche, Caen n’est pas encore assuré de préserver sa place au troisième échelon français.

 

La glorieuse incertitude du sport ne revêt pas toujours l’apparence qu’on lui connaît. Sur le papier, Saint-Cyr n’avait quasiment aucune chance samedi soir contre Saint-Cloud. Le centre de formation des Franciliennes, positionné en milieu de tableau, s’était imposé en trois sets secs à l’aller. Une sanction que Saint-Cyr, qui n’avait empoché que cinq sets sur l’ensemble de la saison avant d’accueillir Saint-Cloud samedi, a déjà  subie à douze reprises.  Pourtant, la lanterne rouge du classement a décroché son premier succès de la saison face aux Clodoaldiennes. Mieux, elle n’a pas fait les choses à moitié puisque le score est sans appel (25-11, 25-15, 28-26). Un spectaculaire sursaut d’orgueil des Saint-Cyriennes ? Pas tout à fait… « Saint-Cyr a joué une équipe plus que faible de Saint-Cloud, explique Morgan Poutrain. Il y avait beaucoup d’absentes. » Une configuration qui n’est pas sans inquiéter l’entraîneur caennais. La Rochelle, huitième du classement, pourrait l’adopter également lors de la dernière journée de championnat. Caen, qui sera alors exempt, ne pourra plus rien faire si ce n'est profiter du pont du 1er mai.

 

Si les Caennaises veulent garder toutes les cartes en main, il faut qu’elles battent Saint-Cyr dimanche prochain, ou qu’elles perdent 3-2. Avec cinq points d’avance, soit le double d’unités au compteur, l’ASPTT Caen est en ballottage plus que favorable. Morgan Poutrain n'en reste pas moins extrêmement prudent. « Les joueuses de Saint-Cyr, ce sont des filles qui ont du métier, de la roublardise. Elles vont tout faire pour se sauver. » Le paramètre mental sera prédominant dans un tel contexte. Caen ne devra pas trembler face à une équipe intrinsèquement moins forte. « Si la logique est respectée, on battra Saint-Cyr. Après être monté administrativement l'année dernière, j'aimerais qu'on puisse savourer notre maintien sur une victoire. » Si l'ASPTT Caen venait à s'incliner 3-0 ou 3-1, il lui faudrait attendre le dernier résultat de Saint-Cyr pour connaître son avenir. Assurément pas la même manière de vivre les choses... « À nous de sortir un gros match et d'étouffer Saint-Cyr. On en a les capacités, même si les filles ont plus de mal à jouer à domicile. » Un rapide coup d’œil vers les résultats confirme les propos du coach : les PTT ont perdu leur huit matchs disputés chez elles.

 

Du mieux, mais...

 

Dimanche dernier, c'est donc à l'extérieur qu'elles ont allées accrocher leur troisième victoire, après celles acquises à La Rochelle et Saint-Cyr. Si habituellement la rareté du fait donne du prix à la chose, Morgan Poutrain avait un sentiment bien mitigé en rentrant du Plessis-Robinson. Les deux sets laissés à l'adversaire privaient son équipe d'un point précieux, celui qui l'aurait quasiment assurée du maintien. « Nos deux premiers sets ont été très mauvais (25-17 et 25...7, ndlr). Individuellement, tout le monde est passé à côté. Il y a eu une accumulation d'erreurs, c'était vraiment très pauvre. Après ces deux premières manches, les changements de joueuses et de tactique ont fonctionné. » 24-26, 23-25 et 12-15 : les Bas-Normandes ont su faire la différence dans une rencontre serrée où le Plessis-Robinson aura marqué dix-neuf points de plus que son adversaire. « Ce n'est jamais rassurant en tant que coach de voir que ce qu'on a mis en place ne fonctionne pas. Ce match au Plessis ne nous amène pas de certitude en vue de Saint-Cyr. » L'état de forme des Caennaises reste insuffisant à en croire leur entraîneur.


Caen affiche pourtant des progrès depuis quelques semaines. Les Caennaise sont accroché successivement Saint-Jean d'Illac et le centre de formation de Nantes lors de leurs dernières sorties à domicile, prenant un point à chaque fois (2-3). Elles ont ensuite dominé le Plessis-Robinson. « Il y a des choses qui vont mieux, notamment dans notre nouvelle capacité à gagner des sets accrochés, mais on a pris peu de points au final. Il y a de la qualité dans cette équipe, or elle était descendue bas. Les blessures, arrêts et absences ont créé du doute et empêché de travailler dans la continuité. On est dans la réaction au lieu d'être dans l'action. » En dépit de ce constat, l'ASPTT Caen garde les cartes en main. Et une belle occasion de démontrer un état d'esprit conquérant pour s'offrir une deuxième saison de suite en Nationale 2.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr