Le Stade Malherbe ramène un point de Nice

Envoyer Imprimer PDF

Football. Nice 1 - 1 Caen, 35ème journée de Ligue 1. Après trois défaites de rang, le Stade Malherbe est reparti sur de bonnes bases à Nice. Les Caennais ont globalement dominé les débats, hier soir, mais ils ont dû se contenter d'un match nul. NIcolas Bénézet avait pourtant ouvert le score en début de match.

 

 "On a pris un point après une prestation qui aurait mérité un peu plus." Le Stade Malherbe de Patrice Garande avait un sentiment assez mitigé à l'issue du match nul réalisé à Nice, hier soir. Certes, les Caennais ont mis fin à une série de trois défaites consécutives, ce qui est loin d'être anodin dans le contexte de fin de saison, mais ils sont rentrés de Côte d'Azur avec quelques regrets en soute. La victoire, qui aurait quasiment été synonyme de maintien, était clairement à leur portée. "J'aurais aimé qu'on soit plus efficaces, souligne l'entraîneur caennais. Ça reste une soirée positive car on gagne un point sur Evian, avec un goal-average favorable." Au-delà de l'aspect comptable, néanmoins prépondérant, le SMC s'est aussi rassuré après un vrai coup de mou. "J’ai aimé le comportement, tout ce qu’on a fourni dans ce match sur le plan de la solidité et du jeu. On a joué ensemble et on a joué, on n’a pas été inhibés." 

 

Il n'a pas fallu plus d'un quart d'heure aux Caennais pour prendre l'avantage, dès la deuxième occasion de la rencontre. Le round d'observation, plutôt long, s'était achevé deux minutes plus tôt par une action chaude que Bénézet avait failli convertir. Le milieu offensif n'a pas tardé à se rattraper. A nouveau servi par Koita, il a ouvert la marque d'un lob bien senti (0-1, 15'). La première frayeur caennaise intervenait quasiment dans la foulée à la suite d'un coup-franc très généreux accordé aux Niçois. L'OGCN s'offrait quelques corners dangereux (18' et 21') mais finalement sans conséquence. Son adversaire peinait à gérer son avantage de manière optimale, à l'image du contre à six contre trois conclu par une mauvaise passe d'Imorou. Les Caennais profitaient néanmoins des espaces laissés vacants par leurs adversaires pour semer le danger dans l'arrière garde locale. Koita s'enfonçait dans la surface, éliminait son vis-à-vis d'un petit pont et finissait par être stoppé de manière illégale... sauf aux yeux de l'arbitre, qui ne bronchait pas (34'). "Je pense qu’il y avait penalty, le quatrième arbitre aussi", a commenté Patrice Garande en conférence de presse. Ce ne serait pas la seule erreur d'un M.Kalt peu inspiré. Caen pouvait d'autant plus le regretter que Nice était à l'affût. Peu avant la mi-temps, Carlos Eduardo profitait d'un certain laxisme normand pour remettre les compteurs à zéro de la tête (1-1, 41'). Caen repartait aussitôt de l'avant mais Nangis ne parvenait pas à profiter de l'erreur du gardien adverse sur un long centre de la gauche. Bodmer sauvait son camp du talon devant sa ligne (42'). Koita s'essayait à son tour, mais c'est cette fois Hassen qui se couchait pour repousser le danger. A la mi-temps, Caen méritait mieux !

 

L'entame de la seconde période avait beau être brouillonne, le jeu était animé et les deux équipes bien décidées à prendre leur chance. Nice amenait le danger dans la surface caennaise quand, sur corner, le ballon longeait la ligne de but sans trouver preneur (48'). Côté caennais, la tête de Privat sur un centre lointain de Koita passait de peu au-dessus de la transversale (60'). Digard répliquait d'une frappe rasant la lucarne (62'), mais c'est surtout la tentative finalement trop croisée de Bauthéac qui faisait trembler la défense caennaise (70'). Quelques pertes de balle empêchaient les Malherbistes de reprendre la mainmise sur les débats et, des deux côtés, les efforts défensifs se faisaient plus compliqués. Le KO se faisait sentir, mais personne ne lâchait. Le centre de Koita était finalement repoussé par le portier local (77'), Caen ne trouvait pas la faille. Amavi évitait miraculeusement le rouge sur un violent tacle à l'égard de Lemar (82') et les deux équipes continuaient à se neutraliser. La balle de match revenait à Sala, entré en fin de match. La tête ratée de Koita était reprise juste devant le but par l'Argentin, qui ne parvenait pas à cadrer. Caen doit se contenter d'un point. "Ce qui m’intéresse, c’est d’avoir le destin entre nos mains. Je suis optimiste, j’ai l’intime conviction qu’on va le faire. Il reste trois matchs, il faudrait en gagner au moins un." Prochaine étape samedi prochain face à Lyon !

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr