Bayeux en costaud s'offre une nouvelle finale

Envoyer Imprimer PDF
Football. AS Trouville Deauville 2 – 6 FC Bayeux, demi-finale de la Coupe de Basse-Normandie. Deauvillais et Bayeusains connaissent depuis quelques temps des trajectoires aux antipodes l'un de l'autre. Si les représentants de la côte fleurie sont branchés sur courant alternatif depuis de longs mois, alternant le bon et le (très) moyen en championnat, ils ne doivent leur place dans le dernier carré qu'à la faveur d'une réserve portée contre les réservistes hérouvillais à l'issue du quart de finale à Prestavoine.
Les Bayeusains quant à eux surfent sur la vague d'une saison riche, et s'ils conservent une (maigre) chance de s'offrir le scalp de l'ASPTT Caen, ramener le trophée dans le Bessin est un objectif clairement annoncé par Christophe Vingtrois après une première tentative la saison dernière achevée en queue de poisson face à Ducey. Et le moins que l'on puisse dire c'est que leur sortie du côté du stade du commandant Hébert les a particulièrement inspirés. Une victoire nette et sans bavure pour une place en finale.

 


Bayeux seul au monde pendant 45 minutes


A quoi aurait ressemblé la suite des débats si la première occasion deauvillaise avait fait mouche, et ce avant même que Bayeux n'ait approché les buts adverses ? On ne le saura jamais mais il est forcément dommageable que Llorca n'ait pu faire preuve de davantage de réalisme à la réception d'un centre au cordeau de Léo Trégoat (3'). Christophe Vingtrois trouvait d'ailleurs la lucidité d'avouer après-coup que « si Deauville convertit la première occasion de la rencontre, le match n'est pas le même. » Les Bayeusains étaient moins patauds lors de leur première incursion. Aftis y allait d'une incursion tout en explosivité et technicité, déposait son latéral et butait tout d'abord sur Chotin. Anthony Pérot, en renard, reprenait pour donner un premier avantage aux Bayeusains (0-1, 8'). A peine le temps de se mettre la tête à l'envers que l'axe central de la défense locale était stupidement prise à revers sur un appel en profondeur de Leclerc, lequel ne se faisait pas prier pour ajuster Cotin avec beaucoup d'à propos (0-2, 12').


Les lacunes des joueurs d'Antoine Husson étaient criantes, les nombreuses absences sur la ligne défensive notamment n'étant pas faites pour offrir la sérénité nécessaire face à des garçons inspirés et en totale confiance. Il fallait même un Chotin décisif face à Renaux (15') pour éviter que la foudre s'abatte une bonne fois pour toutes. Mais la mainmise bajocasse était totale et Renaux en costaud prenait le dessus sur le dernier défenseur pour venir se jouer avec malice et maîtrise de l'infortuné gardien deauvillais (0-3, 25'). L'addition commençait à se corser, une addition cependant sacrément méritée. « Notre plan de jeu a été parfaitement respecté, se satisfaisait le tecnicien bayeusain. Nous avaons réalisé une première période de qualité et nous avons su faire preuve de réalisme. On a fait mal à l'adversaire. »


Dimitri Milon, artificier en chef depuis son retour de blessure en janvier, n'avait rien à se mettre sous la dent et l'armada deauvillaise était loin de sortir l'artillerie : manque de révolte, suffisance évidente chez certains qui avaient une fâcheuse tendance à sortir de leur match sur des détails, tous les ingrédients étaient réunis pour que la troupe de Christophe Vingtrois ne continue de réciter paisiblement sa partition. Et Anthony Pérot pour un doublé (0-4, 43') ne ne se faisait d'ailleurs pas prier pour appuyer de nouveau sur la tête d'une équipe de Deauville en perdition la plus totale.


« Fier de mon groupe » (Christophe Vingtrois)


Antoine Husson profitait du quart d'heure syndical de pause pour souffler dans les bronches de ses ouailles. Un discours réparateur puisque les jaunes allaient connaître un temps fort dès la reprise. Thirouin, en bon capitaine, montrait la voie aux siens pour la réduction du score (1-4, 46') avant que Diego Trégoat n'exploite à la perfection la réception d'un coup-franc excentré (2-4, 55'). Les coéquipiers de Gaugain étaient-ils en passe d'inverser la tendance. Cette réaction d'orgueil correspondait par la même occasion au coup de mou bayeusain. « C'est vrai qu'on a connu dix minutes moins bonnes, témoignait Christophe Vingtrois, mais on a su faire le dos rond avant de se mettre tranquillement à l'abri. Je suis fier de mon groupe. » Car ce diable d'Hatchi allait vite sonner les Deauvillais. Une récupération de balle à 40 mètres côté gauche, une accélération foudroyante qui laissait sur place l'arrière-garde locale et à la conclusion une frappe croisée qui offrait un bol d'air définitif à son club (2-5, 67'). La partie redevenait à sens unique et même si Llorca trouvait le poteau de Bazire (78'), il fallait un Chotin très entreprenant pour éviter aux siens d'avaler la trompette. Le mal était fait depuis longtemps et c'est même un but contre son camp malencontreux de Chotin (pourtant excellent) qui venait clôturer une soirée cauchemardesque pour le club du président Plattier. 6-2, jeu, set et match.


Les Bayeusains quant à eux joueront « une seconde finale en un an » (Christophe Vingtrois). En espérant une issue moins frustrante cette année. « On était contents de tomber sur Deauville qui est une équipe joueuse. Aujourd'hui, on a raté 10 minutes sur les 90 mais au final on fait un très bon match, on se qualifie logiquement. Place à la finale où on ne retiendra que le champion comme dans toute compétition. » En attendant il s'agira de finir la saison, notamment en championnat « où on conserve un très maigre espoir. Mais on a toujours respecté toutes les compétitions. On espère faire un résultat samedi à Cherbourg. On a encore 4 matchs à disputer et un week-end exempt avant la finale du 21 juin. La saison est très longue. » Elle l'est également pour Flers et la réserve saint-loise qui se disputeront le second billet pour le combat ultime. Il aura lieu à Vire. Tiens, tiens, comme un air de revanche sur le mauvais sort, non ?

 

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr