Mondeville, recrutement prometteur mais effectif restreint

Envoyer Imprimer PDF

Le recrutement est terminé à l'USO Mondeville ! Le pensionnaire de Ligue féminine, arrivé neuvième de la saison écoulée, a bouclé la colonne "arrivées" par la signature de Michelle Plouffe. Cette jeune canadienne de 22 ans a fait les beaux jours d'Arras en 2014-2015 avant qu'une blessure ne la stoppe. Poste 4 au registre totalement différent de Courtney Hurt, elle constitue une bonne pioche pour Mondeville.


« C'est une drôle de surprise et un vrai rayon de soleil dans notre ciel un peu grisonnant. » L'USO Mondeville a réalisé une belle affaire en attirant dans ses filets la prometteuse Michelle Plouffe, sûrement destinée initialement à un club plus côté. Âgée de 22 ans, la Canadienne sort d'une première saison réussie outre-Atlantique. Elle tournait la saison dernière à 13 points et 8,4 rebonds à Arras avant qu'une blessure à la cheville ne coupe son élan et celui de son équipe. Au sortir de sa formation à l'université de l'Utah, la jeune femme a réalisé des débuts dans le monde professionnel pour le moins encourageants. « Elle éclaircit le jeu, détaille Romain L'Hermitte. C'est une vraie poste 4, mais c'est aussi une deuxième meneuse de jeu sur le terrain. Elle est grande (1m92), elle tire de loin, elle est polyvalente... C'est quelqu'un qui voit le jeu. » Le profil est bien différent de celui qu'affiche une Courtney Hurt aux statistiques bien plus impressionnantes (21,2 points et 9,5 rebonds par match) mais au registre moins étoffé. « Il y a une Courtney dépendance qui pouvait s'installer la saison dernière. Elle s'éteignait quand il fallait faire jouer les autres. » Michelle Plouffe n'aura pas le rendement de l'Américaine à la finition, mais son influence dans le collectif mondevillais pourrait être supérieure.


Michelle Plouffe est la troisième et dernière arrivante de l'intersaison mondevillaise. Trois recrues pour... quatre à cinq départs. Mondeville devra faire sans Julie Vanloo, Pauline Krawczyk, Maja Vucurovic, Courtney Hurt et peut-être Sandra Dijon la saison prochaine. « La grande priorité est de proposer un contrat à Sandra, expose Romain L'Hermitte. J'ai confiance. Elle a laissé plusieurs offres en suspens parce qu'elle a envie de rester chez nous. L'idée est de pouvoir ensuite envisager une reconversion avec elle. » L'avenir du pivot mondevillais est forcément crucial dans un effectif composé pour l'heure de six joueuses pros : Marine Johannes, KB Sharp, Kim Gaucher, Michelle Plouffe, Marième Badiane et Lysa Millavet, laquelle vient de signer son premier contrat d'un an. Léa Pellerin et Katia Mosengo-Masa compléteront l'effectif, avec un temps de jeu qu'on devine potentiellement conséquent. « Les rotations sont jeunes, mais c'était l'objectif. J'ai la volonté qu'on défende beaucoup plus dur la saison prochaine. » Concrètement, Marine Johannes pourrait gagner ses galons à la mène, c'est en tout cas la « vraie ambition » de son coach. KB Sharp jouera essentiellement comme arrière. Avec Léa Pellerin, il y aura trois joueuses pour deux postes. Lysa Millavet s'écartera de la raquette pour se reconvertir dans un rôle d'ailière, où la numéro 1 sera Kim Gaucher.


Kim Gaucher, c'est la recrue d'expérience de l'USO Mondeville. Âgée de 31 ans, canadienne anglophone comme Michelle Plouffe (mais au français bien meilleur), elle arrive avec un solide CV derrière elle. Les Jeux Olympiques de Londres, où elle était capitaine de sa sélection (13,8 points par match) en font partie. « Je cherchais un profil proche de Pauline Krawczyk avec plus de leadership, indique Romain L'Hermitte. C'est le cas de Kim. C'est une vraie compétitrice, dotée d'une très bonne qualités de shoot et d'une super lecture du jeu. » À l'intérieur, on comprend rapidement les difficultés que rencontrera l'équipe mondevillaise si Sandra Dijon ne prolonge pas. À 22 ans, Michelle Plouffe ferait figure de doyenne aux côtés de Katia Mosengo-Masa, apparue dix fois en Ligue féminine pour six minutes en moyenne, et de Marième Badiane, qui découvrira ce niveau de compétition. L'ancienne rémoise, 20 ans, sort néanmoins d'une bonne saison en Ligue 2 (12,4 points, 8,3 rebonds) et fait partie des espoirs du basket français. « C'est une joueuse en devenir, capable de driver et de shooter à quatre mètres, assez polyvalente. Elle a encore des choses à apprendre et la présence de Sandra serait idéale pour ça. Si Sandra ne resignait pas, elle serait parachutée première intérieure. » Si en revanche la Martiniquaise reste à Mondeville, « on aura une équipe hyper intéressante et une raquette qui fera peur », à en croire l'entraîneur mondevillais, parti dimanche avec l'équipe de France U20. Il faudra encore attendre pour connaître le dénouement...


Mondeville reprendra l'entraînement le 17 août. L'Open LFB est programmé les 26 et 27 septembre.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr