Emma Serdarevic, la grinta au service du CLCH

Envoyer Imprimer PDF

Après s'être attaché les services de joueuses d'expérience, Colombelles a bouclé son recrutement par deux éléments faisant rimer jeunesse et promesses. Emma Serdarevic, pas encore 20 ans, arrive tout droit du sud-ouest rejoindre son frère, sa belle-soeur et, surtout, un club de Nationale 1 ambitieux. Dans ses bagages, la grinta chère à sa région natale, un profil d'arrière percutante et une bonne dose de détermination.


Dans la famille Serdarevic, je demande la sœur. Un an après l'arrivée de Denis au Caen Handball, c'est une de ses cadettes qui rejoint la Basse-Normandie. Emma, bientôt 20 ans, s'est engagée en faveur du Club Laïque Colombelles. « Je voulais déjà qu'elle vienne l'année dernière, précise Christian Le Moal. Comme elle redoublait sa terminale, ni elle ni ses parents ne l'ont souhaité. » Le coach colombellois a gardé l'idée dans un coin de sa tête. En décembre 2014, il reprenait contact avec la jeune femme. En février 2015, cette dernière effectuait une semaine d'entraînement dans l'agglomération caennaise. Quatre mois plus tard, elle signait chez le récent septième de Nationale 1. « Ma semaine là-bas s'était bien passée, précise-t-elle. J'ai vu qu'il y avait une bonne ambiance dans l'équipe. » En dépit du changement de cap radical qu'elle entreprend, Emma Serdarevic ne partira pas totalement dans l'inconnu. À Colombelles, elle retrouvera sa belle-soeur, Maud Gilbert. Famille, quand tu nous tiens... « La présence de Denis et de Maud a été importante dans mon choix », reconnaît-elle.


Mais si l'environnement était favorable, Colombelles a surtout séduit par son projet sportif, « le meilleur » de ceux que la demi-centre de formation a pu étudier. « C'est d'abord une belle opportunité pour moi de pouvoir jouer à un niveau plus élevé que ceux que j'ai connus jusqu'à présent. En plus, le club est ambitieux. » Cette ambition, Emma Serdarevic la partage. L'ancienne joueuse de Bordes en Nationale 2 ne cache pas sa volonté de prouver certaines choses, elle qui est passée entre les mailles du pôle avant de se rompre les ligaments croisés du genou en centre de pré-formation à Cannes. « J'avais tout quitté pour ça et j'ai très mal vécu cette blessure. » Le retour à la case Bordes a néanmoins été concluant pour celle qui tournait à 4,83 buts par match la saison dernière. « C'est une belle combattante, présente Christian Le Moal. Elle m'a fait très bonne impression à l'entraînement. C'est une buteuse, une joueuse puissante dotée d'un super poignet. On va s'appuyer sur elle pour construire. »


L'avenir commun, Colombelles l'imagine sur au moins trois ans. « Pour moi, Emma est une bonne pioche », assure l'entraîneur local. Celui-ci prévoit d'ailleurs des responsabilités importantes pour sa recrue dès l'entame de la saison à venir. Wided Kilani étant amenée à manquer les premiers matchs de la saison dans l'attente de sa naturalisation française (une seule étrangère non professionnelle peut apparaître sur la feuille de match et il s'agira de Tamara Stojanovic), Vesna Tolic ayant probablement besoin de temps pour retrouver toutes ses aptitudes physiques après sa rupture des croisés, la base arrière sera quelque peu affaiblie à la reprise. « Emma occupera le poste d'arrière gauche tant que Vesna Tolic ne sera pas à 100 %. Elle peut aussi jouer à droite. » L'intéressée confesse une petite pression... et beaucoup d'envie. « À Bordes, j'avais un rôle de cadre. Ça correspond bien à mon caractère. » Issue d'une famille de handballeurs, sœur jumelle d'une gardienne évoluant à Toulon, Emma Serdarevic s'apprête à prendre un virage important dans sa jeune carrière. À l'horizon du paysage colombellois, elle rêve de voir la D2.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr