Le CB Ifs devra faire sans Vincent Dumestre

Envoyer Imprimer PDF

La nouvelle a fait l'effet d'un petit tremblement de terre. Après deux saisons passées au club, Vincent Dumestre ne sera plus l'entraîneur du CB Ifs la saison prochaine. Il en a informé ses dirigeants en fin de semaine dernière, dans la foulée de sa signature au SPO Rouen. Le jeune technicien aura la charge de l'équipe espoirs du club pensionnaire de Pro A. Il sera également deuxième assistant de Rémy Valin parmi l'élite française.


Ifs n'a plus de coach. Un mois après avoir échoué aux portes de la Ligue 2, et quelques jours peut-être avant d'apprendre son intégration administrative (lire ci-dessous), le deuxième club féminin de l'agglomération caennaise en matière de basket féminin a dû se mettre en quête d'un successeur à Vincent Dumestre. Ce dernier vient d'annoncer sa démission à la surprise générale, dans un marché des entraîneurs habituellement actif des mois plus tôt. Il s'est engagé pour deux ans en faveur de Rouen. « Ça s'est fait en deux semaines, témoigne le partant. Ils se sont renseignés sur moi, j'ai passé les cuts et je pense avoir fait la différence en entretien. Le plan de développement que j'ai présenté était millimétré. » Vincent Dumestre met donc les voiles vers une nouvelle aventure, à une heure trente et des années lumières d'Ifs. Il intègre une structure professionnelle où il pourra faire valoir ses qualités de formateur tout en poursuivant son apprentissage personnel dans des sphères toutes autres que celles qu'il fréquentait jusqu'à présent. « Pour les joueuses et joueurs, les opportunités se présentent après chaque saison. C'est différent pour les entraîneurs. Je ne pouvais pas prendre le risque de refuser, ça aurait été quasi-suicidaire. » Concrètement, le Tarbais entraînera et coachera l'équipe espoirs du SPO, treizième du championnat spécifique la saison dernière. En parallèle, il assistera Rémy Valin auprès de l'équipe première. La porte d'entrée vers le haut niveau français s'est ouverte. « Je sais que j'ai fait le bon choix et toutes les personnes de mon entourage pensent la même chose. Les dirigeants d'Ifs se sont montrés compréhensifs. Le basket masculin était clairement un objectif prioritaire pour moi. Je ne serais pas parti pour de la Ligue 2 ou un poste d'assistant-coach en Ligue féminine. Je ne pouvais pas rêver mieux que cette proposition compte tenu de mon âge et de mon expérience. C'est une super opportunité. »


« J'ai passé beaucoup de nuits blanches »


Pour l'ambitieux Vincent Dumestre, qui se rêve objectivement à la tête d'une équipe de Pro A dans le futur, un nouveau chapitre s'ouvre. L'ancien se referme non sans un réel pincement au cœur. « Ça a été très compliqué de devoir annoncer la nouvelle. J'ai trouvé une famille à Ifs. J'ai passé beaucoup de nuits blanches ces derniers temps. J'ai eu toutes les filles au téléphone et je tenais à remonter pour annoncer "en direct" ma décision aux dirigeants. Je redoutais ce moment mais j'ai la chance de travailler avec des gens intelligents. Ils ont compris. » Le jeune homme de 27 ans dresse un regard extrêmement positif sur ses deux années passées à Ifs. « On a réalisé deux excellentes saisons. Certes, nous ne sommes pas montés en Ligue 2 et c'est un échec au regard de ce qu'on avait avancé, mais ce n'est pas le scandale du siècle. Mon seul regret à Ifs est de ne pas avoir ramené de titre. Entre la Coupe de France il y a deux ans et le championnat cette année, on en a pourtant touché du bout des doigts. » Vincent Dumestre a propulsé le CBI dans une autre dynamique, l'emmenant deux fois de suite en playoffs de Nationale 1 quand le maintien suffisait les années précédentes. À force de travail, de rigueur et de détermination, il a été à l'origine d'un renouveau traduit dans les résultats, la qualité du jeu produit et l'engouement constaté autour du club. Cette équipe ifoise de caractère au collectif bien rodé a séduit amateurs et passionnés. Les deux derniers matchs de playoffs disputés à domicile ont constitué, en ce sens, une petite apothéose. « Ils ont été exceptionnels... » De quoi imaginer un futur proche prometteur, d'autant plus au vu du recrutement réalisé jusqu'à présent. « Il va y avoir une très grosse équipe. Ce n'est pas la fin du chemin. »


Sans conséquence sur le projet du club


Ce chemin, c'est un autre qui le mènera désormais. Une fois le choc passé, Ifs s'est mis en quête d'un successeur. « Vincent avait prévenu que s'il avait une proposition d'un club professionnel, il partirait, indique la manager de la section féminine, Carole Delauné. On savait que ça pouvait arriver à tout moment. C'est humainement très dur de le voir partir, mais c'est un bonheur de l'avoir lancé. Cela s’inscrit pleinement dans notre philosophie. Son bilan est excellent. Des entraîneurs, il y en a toujours, mais il faut trouver le bon. » Le timing très tardif complique quelque peu la tâche mais ne chamboule en rien le projet local. « On cherche une personne ayant la même philosophie que Vincent. Son départ ne remet absolument pas en cause la politique de formation du club ni ses objectifs. On va prendre le temps qu'il faudra sans se précipiter. » L'heureux élu des dirigeants ifois devra d'abord s'attacher à rassurer un groupe recruté par, et bien souvent pour, Vincent Dumestre. « Elles étaient sous le choc, reconnaît ce dernier. Elles ne l'ont pas vu arriver. C'était d'autant plus dur pour Mégane (Hero) et Élodie (Naigre), qui étaient là depuis la première année. On revient de loin et on a grandi ensemble. » Les deux internationales U20 sont de celles qui ne cachaient pas toute l'importance de leur désormais ancien coach dans le choix opéré de la stabilité. Elles et les autres n'y dérogeront cependant pas. Vincent Dumestre a beau estimer ne pas être allé « au bout du cycle » à Ifs, il a remis le club sur la voie du succès. À ses anciennes joueuses, désormais, de franchir le palier menant vers la Ligue 2...


Chenôve, deuxième de Nationale 1, ne pouvant pas monter en Ligue 2 pour des raisons supplémentaires, un club y sera repêché administrativement. La Fédération fera le choix de maintenir une équipe actuelle de Ligue 2, ou d'attribuer la place au troisième des playoffs de N1, Ifs. La réponse sera connue autour des 5 ou 6 juillet. Le recrutement des deux dernières joueuses, deux étrangères, dépendra de cette décision.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr