L'Ovalie Caennaise boucle sa saison et prépare la suite

Envoyer Imprimer PDF

C'est à Marcoussis en compagnie d'une centaine d'équipes et de 1300 joueuses et joueurs que l'Ovalie Caennaise a bouclé sa saison 2014-2015, le week-end dernier. Les finales des championnats de France du rugby à sept n'ont pas constitué une franche réussite pour le club caennais, arrivé dans les dernières positions de la poule haute. Le rendez-vous a néanmoins permis aux joueuses bas-normandes de prendre contact avec leur nouvel entraîneur, Gilles Le Hérissé.


Presque trois mois après leur dernier match de Top 8, les rugbywomen caennaises ont terminé leur saison en seven, le week-end dernier. Elles s'étaient qualifiées de justesse pour la compétition Élite des championnats de France un mois plus tôt à Montmorency et n'ont pas réalisé de miracle à Marcoussis. « Le week-end a été un peu décevant », reconnaît Solveig de La Hougue. Caen a d'abord joué de malchance en tombant dans la poule des futurs finaliste (Lille) et demi-finaliste (Saint-Orens). Les deux formations, nettement supérieures, ont fait respecter la hiérarchie en s'imposant facilement (33-0 et 33-7). La victoire face à La Valette (19-7) n'a pas empêché les Caennaises d'être reversées en quart de finale "bowl", destiné aux matchs de classement. Opposé à Tarbes, Caen a vécu une petite désillusion en s'inclinant en toute fin de match (5-10). « Il y avait largement moyen de gagner. Le match a été laborieux. Elles ont marqué l'essaie de la victoire sur leur dernière action. On n'a pas su s'adapter à leur façon de jouer ni à leur meilleure joueuse. » Les Bas-Normandes étaient dès lors condamnées à se battre pour éviter le bonnet d'âne. Elles y sont parvenues grâce à leur large victoire sur Lons (28-0) en demi-finale "shield". C'est néanmoins sur un revers, de nouveau conséquent (31-7 contre Chilly Mazarin), que la compétition s'est achevée.


Gilles Le Hérissé d'Hérouville à Caen


L'Ovalie Caennaise, arrivée sixième de D1, a donc plus que jamais l'avenir en tête. Celui-ci s'écrira avec un nouvel entraîneur. Gilles Le Hérissé, coach d'Hérouville en Fédérale 3 la saison dernière, migre de quelques kilomètres. « C'est une démarche commune, dit-il en évoquant son arrivée dans la capitale bas-normande. On s'était mis d'accord avec Hérouville dès le début de saison que je ne resterais pas si le club descendait. Je considère que je n'ai pas rempli ma part du contrat. J'ai manifesté le désir de rejoindre l'Ovalie, qui cherchait de son côté un entraîneur. » Francis Costa indisponible, Stéphanie Provost désireuse de reprendre l'unique casquette de joueuse, il fallait recruter pour reconstituer la doublette dans laquelle Gilles Rabier continue de s'investir. « C'est super d'entraîner l'Ovalie, soutient Gilles Le Hérissé. C'est ce qui se fait de mieux au niveau national. Les filles sont super impliquées. Il y a un état d'esprit de compétition, avec ce que ça suggère de travail et de rigueur. À côté, les valeurs qu'elles véhiculent sont hyper-positives. Le club fait un travail remarquable avec des moyens limités. » Gilles Le Hérissé a fait connaissance avec un groupe amené à évoluer légèrement durant l'intersaison. Marion Bouquet et Virginie Letellier en ont normalement fini de leurs piges. Charlotte Folliot, Emmy Lemesle et Sytske D'haesleir sont également sur le départ. Quelques recrues extérieures, « jeunes avec du potentiel », aux dires de la présidente Nadège Labbey, sont espérées.


La prudence est de mise


Même si aucun chamboulement n'est en vue, l'Ovalie Caennaise va devoir reconstruire partiellement avec un staff et un groupe partiellement modifiés. D'où des ambitions prudentes. « Il est un peu tôt pour se situer, d'autant plus que nous ne connaissons pas noter effectif définitif, commente Nadège Labbey. Il y aura encore plus de jeunesse que dans le passé. Tout dépendra de l'alchimie. On va d'abord essayer de commencer la saison le plus sereinement possible en espérant que la mayonnaise prenne. » Si l'objectif minimal n'est autre que le maintien, Caen ne peut s'empêcher d'avoir « la quatrième place dans un coin de [sa] tête ». Le dernier ticket pour les demi-finales n'était après tout pas si loin cette saison, alors même que les ambitions affichées étaient déjà mesurées. « On a terminé avec un peu de regrets parce que le groupe a bien évolué tout au long du championnat. Il semblait pourtant dangereux de viser plus haut au départ. On a eu une bonne surprise. » En s'appuyant sur cette base, l'Ovalie tentera de jouer les poils à gratter dans le Top 8 la saison prochaine.

 

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr