Didier Godefroy à la tête d'un ambitieux projet

Envoyer Imprimer PDF

Vincent Dumestre est parti, mais le Club Basket d'Ifs n'a rien perdu de sa fibre formatrice. En s'attachant les services de Didier Godefroy au poste d'entraîneur, dans la foulée du départ de celui qui avait conduit l'équipe première aux portes de la Ligue 2, Ifs a rappelé toute l'importance de sa philosophie. Pour Didier Godefroy, qui cherchait un club depuis son départ du centre de formation de Bourges, l'opportunité est belle...


Il n'a pas fallu longtemps au Club Basket d'Ifs pour retomber sur ses pieds. Quelques jours seulement après l'annonce du départ de Vincent Dumestre, le candidat à la Ligue 2 avait déjà le nom de son successeur. Pendant qu'Ifs préparait la saison à venir, sans se douter qu'il lui faudrait tirer un trait sur son jeune technicien, Didier Godefroy désespérait de trouver un nouveau point de chute au sortir de son expérience berruyère. L'envol de Vincent Dumestre vers de nouveaux horizons, marqués du sceau de la Pro A, a totalement modifié le tableau. Didier Godefroy devenait l'alternative la plus probante au moment de remplacer le néo-rouennais. « Je n'étais pas dans l'idée de me dire qu'une opportunité pouvait me permettre de partager ma passion, tout au moins dans la région, affirme l'intéressé. Je comptais retrouver de la professionnalité pour la saison d'après. Je n'avais pas cherché. » Quand son téléphone a sonné et que le nom de Carole Delauné est apparu, l'ancien coach du CBC était loin d'imaginer la teneur du dialogue qui suivrait. Il n'avait pas eu vent de la situation ifoise. Didier Godefroy n'a pourtant pas mis longtemps à délivrer sa réponse. « Je n'ai pas hésité. J'ai dit "oui" tout de suite parce que ce projet me rend très enthousiaste. C'est compliqué quand vous êtes passionné de ne pas pouvoir partager cette passion. »


Dix titres à Mondeville


Didier Godefroy ne connaîtra pas cette frustration. Mieux, il aura entre ses mains une équipe à même de combler le formateur qu'il est. La jeune escouade ifoise est des plus prometteuses, renforcée par les arrivées à l'intersaison de Mathilde Letoret et Anaïs Deyres. La transition avec sept années en centre de formation n'en sera que plus simple. « Il peut y avoir des sensibilités différentes mais on s'adapte à notre environnement, commente-t-il. J'ai entraîné des équipes où il y avait peu ou pas de jeunes joueurs, j'y ai pris beaucoup de plaisir aussi. La différence n'est pas si grande. » Didier Godefroy, 54 ans, n'est pas encore un dinosaure des parquets, mais son vécu n'est pas le moindre de ses atouts. Ancien entraîneur du Caen Basket Calvados en Nationale 2 et de Lisieux, c'est à l'USO Mondeville qu'il s'est distingué ces dernières années. Entre 2006 et 2013, il y a décroché pas moins de dix titres nationaux chez les cadettes et les espoirs. Son départ dans le sillage de celui d'Hervé Coudray il y a deux ans avait marqué un coup d'arrêt, avant le rebond du côté de Bourges la saison dernière. Là-bas, au sein de la référence du basket féminin français, Didier Godefroy a remporté le championnat de France de Nationale 2 des centres de formation. « Le groupe n'avait pas obtenu de bons résultats la saison précédente puisqu'il avait failli descendre en Nationale 3, précise-t-il. On a réalisé une année plutôt bonne. » L'éloignement de son environnement familial a néanmoins incité l'entraîneur calvadosien à ne pas reconduire l'aventure.


La Ligue 2 en ligne de mire


Le lundi 10 août, Didier Godefroy se retrouvera à la tête d'un groupe qu'il n'aura pas construit, exception faite du recrutement attendu d'une à deux étrangères. « Quand on change de club, la première saison on travaille sur l'historique de la saison précédente. Ça ne me dérange pas du tout. L'idée de faire mon maximum est la plus importante. Le centre de ma problématique est de continuer à partager le peu d'expérience que j'ai. » Le but final est aussi simple à comprendre que compliqué à accomplir : obtenir l'un des deux tickets conduisant à la Ligue 2. Ifs a échoué d'un rien dans cette quête la saison dernière et semble plus armé que jamais pour franchir le petit palier qui lui manque. « On prend peu de risques avec Didier Godefroy », soutient Carole Delauné. La manager ifoise sait de quoi elle parle. Elle était encore joueuse benjamine quand sa route a croisé celle du technicien pour la première fois. Dans un CB Ifs ambitieux, les retrouvailles s'annoncent prometteuses.

 

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr