L'abécédaire de la saison

Envoyer Imprimer PDF
Une année sportive, c'est un cumul, de joies, de peines, d'émotions en tous genres. Des surprises, bonnes ou moins bonnes, des exploits, collectifs ou individuels, des coups de coeur, des coups de gueule, mais au bout de la ligne droite, quel que soit le baromètre, transpire toujours cette même passion du sport, celle que Sport à Caen véhicule à longueur d'année. Période estivale aidant, c'est la période des trêves, d'un break "journalistique" et le moment de se poser, faire le point et dresser un bilan, cette fois-ci sous la forme de 26 épisodes, autant que de lettres de l'alphabet !




A comme accessions


Resté coincé au pied de la N1 il y a un an, l'ambitieux projet du CBC ne permettait pas un nouvel échec. Moins dominateurs que la saison dernière pendant la phase régulière, les hommes d'Hervé Coudray ont affiché une grande maîtrise en play-offs pour (enfin) parvenir à leurs fins. Clin d'oeil également au Volley Club d'Hérouville qui retrouve la N2 après une saison où ils n'auront connu aucune défaite.




B comme Belgique

 

Pays le plus rapprochée de nos contrées normandes, la Belgique présentait la particularité de compter dans les rangs des clubs caennais trois représentant(e)s. Si Julie Vanloo a passé deux saisons sous les paniers de l'USO Mondeville, Sytske D'haeseleir a été pendant deux ans une cadre de l'Ovalie Caennaise, pendant que Vadim Gyesbreghs a arpenté jusqu'en fin de saison la patinoire de Caen la Mer au sein des Drakkars. Fâché(e)s avec la Normandie les p'tit(e) belges ? Pensez vous ...




C comme Collomb-Patton


On ne l'arrête plus ! Bertand Collomb-Patton c'est l'ultra-trailer bien connu des courses nature longue distance. Ses faits d'arme 2015 : Vainqueur du Trail de Vulcain, 8ème du très exigeant Eco-Trail de Paris, 2ème du Trail du lac d'Annecy ou bien encore plus récemment 3ème du Trail du golfe du Morbihan. Ça en jette non ? Et ce n'est pas fini !




D comme Désillusions


Des satisfactions, le sport local en a connu, et des belles. A l'opposé, deux désillusions notoires sont à ressortir. Sous les paniers, les filles de Ifs ont caracolé sur le devant de la scène de la N1 pendant toute la saison, avant de chuter lors du dernier match des play-offs et rester aux portes de la Ligue 2. Le mentor Vincent Dumestre rejoindra le SPO Rouen à la rentrée pour un nouveau projet et un nouveau cycle débutera au club. Les Drakkars quant à eux restaient sur deux maintiens successifs lors des play-downs. L'adage « jamais 2 sans 3 » ne s'est pas vérifié pour les hockeyeurs de Luc Chauvel qui repartiront à la reprise en Division 1.




E comme Evasion


Thury Harcourt et sa base nautique bucolique. Le kayak-polo, aussi peu médiatisé que méconnu de tout à chacun. Le mariage a pourtant défrayé la chronique l'été dernier à l'occasion des championnats de monde qui se sont révélés être un franc succès.

 


F comme Football Féminin


Depuis le retrait de Cormelles, la vitrine du football féminin bas-normand se situe du côté de Condé / Noireau qui, malgré une saison tendue, repartira une nouvelle fois en Division 2. Une division 2 que l'AG Caen aurait aimé découvrir. Mais les Inter-régions ont eu raison de leurs ambitions. Le club caennais est néanmoins sur la montante et le nouveau projet articulé autour de l'arrivée de l'ancien mondevillais Stéphane David aux commandes, pourrait rapidement voir se concrétiser les ambitieux objectifs (et raisonnables) du club caennais.




G comme Gravelaine


Il est incontestablement devenu le maillon fort de la maison malherbiste. Celui qui a été élu joueur du siècle lors du centenaire du club s'est notamment mué en homme fort de l'édifice malherbiste lorsque Jean François Fortin s'est retouvé (contraint forcé) en marge de ses activités à la présidence du club. Au milieu de la triplette qu'il forme aves Cavéglia et Garande, l'intersaison du Stade (et le recrutement qui va avec) semble prometteur ! Et la poigne de XG n'y est pas pour rien.




H comme Honte


Honte aux instances et à ceux qui, d'une manière générale, ont fait passer de longs mois cauchemardesques à l'institution Stade Malherbe accusée des pires maux, et fait revêtir à Jean François Fortin le costume du pire des voleurs. Avant que le club dans son ensemble ne rebondisse en costaud.




I comme invincibilité


Promus en DH cette saison avec des ambitions certaines mais somme toute mesurées, pas épargnés par les blessures de longue durée, l'ASPTT Caen a cavalé en tête de l'élite régionale, distançant au fil des semaines les divers prétendants, exceptés decoriaces bayeusains. Au point de finir avec une seule défaite, concédée lors de l'ultime virage face à leur méritoire dauphin. L'ASPTT Caen de Laurent Dufour accède logiquement en CFA2.




J comme Jeux Equestres Mondiaux


C'était l'événement numéro un des derniers mois à Caen mais aussi dans toute la région, terre de cheval par excellence. Un mois de compétitions diverses et variées, l'élite des disciplines équestres rassemblée autour d'un engouement populaire qui restera la base du succès de cette manifestation.




K comme Kanté


Il était arrivé sur la pointe des pieds en provenance du National et de Boulogne / Mer, poue découvrir en grande pompe la ligue 2 et confirmer cette saison dans l'élite, au point d'attirer les convoitises de pas mal d'écuries. L'avenir de N'golo Kanté se dessine actuellement loin de la Normandie, et la bataille fait rage pour obtenir l'accord du joueur, et remplir les caisses du Stade Malherbe.




L comme Liberté


C'est l'événement incontournable du sport caennais. Incontournable parce que c'est l'événement populaire n°1. Les Courants de la Liberté, c'est LE week-end à ne pas rater. Tout simplement parce que c'est l'occasion à tous les âges, toutes les couches sociales, tous les niveaux, de se réunir et partager un moment de sport. Roller ou course à pied, hommes ou femmes, scolaires, novices ou confirmés, les Courants, c'est le must du sport populaire. A ne pas rater.




M comme Migrer


On ne les verra plus en exercice sur Caen la saison prochaine mais ils (elles) auront pourtant marqué l'histoire de leur club respectif. Il ne sera pas parvenu à maintenir les Drakkars en Ligue Magnus mais Thierry Poudrier, qui a repris la route de son Canada natal, restera indiscutablement une des figures marquantes du Hockey Club Caennais. Slobodan Ocockoljic n'aura lui passé que deux saisons dans les rangs du CBC mais aura activement participé à l'accession en N1. Un talent et un homme aprrécié qui rebondira du côté de Mulhouse. Du côté de Colombelles, il ne sera pas aisé d'oublier Marie Gagez. Maillon fort et force de frappe des jaunes et noires, son départ de la région caennaise laissera un vide dans le groupe de Christian Le Moal. Tout comme celui de Badra Somaï, le portier des Vikings, parti à Compiègne pour un nouveau challenge.




N comme Nîmes


Rien à voir avec le célèbre pont ou les férias , mais bien le Nîmes Olympique, et cette visite à d'Ornano qui a fait passer un vent de panique sur le Stade Malherbe et son président Jean François Fortin. Depuis cette affaire, leur petit rosé me glace le palais. Même autour d'un bon barbecue estival entre amis.




O comme Ouragan


Aurore Guérin a marqué de son empreinte la saison de cross-country dans un premier temps, au cours de laquelle la licenciée de l'EA Mondeville-Hérouville est allée cueillir une méritoire médaille de bronze dans l'épreuve reine du cross long, avant de s'étalonner sur la saison estivale autour de la piste, qui lui a valu pas plus tard que ce week-end une belle troisième place sur le 5000 mètres des Championnats de France Elite à Villeneuve d'Ascq.




P comme Palais des Sports


Il reste le théâtre événementiel du sport caennais. Malgré sa structure quelque peu désuette (la ville de Caen ne mériterait-elle pas un outil multi-sports digne de ce nom?), le palais des sports a une nouvelle fois mis en lumières de splendides soirées sportives. Que ce soit le CBC qui a rempli l'enceinte toute la saison jusqu'aux play-offs victorieux, ou bien l'année 2015 sans faille des handballeurs caennais, les sportivores caennais se sont bien régalés au PDS.




Q comme Quartier Ouest


La grande fête du basket a une nouvelle fois tenu toutes ses promesses début juin avec notamment la présence de quelques têtes d'affiche aux noms ronflants. De bon augure avant la 10 ème édition pour laquelle les afficionnados de la balle orange se réjouissent déjà.




R comme Rochambelle


L'accent a été mis sur les Courants de la Liberté, mais que seraient ces Courants sans les 20 000 t-shirts roses qui, tous les ans, font de La Rochambelle, l'épreuve réservée aux féminines qui rassemble le plus de personnes en France. Une marée rose incontournable dans les artères caennaises.




S comme Seube


Bon nombre d'observateurs lui prédisaient une saison et un retour en ligue 1 compliqué, les années défilantes ne jouant pas en la faveur d'un joueur jamais avare d'efforts sur le rectangle vert. Malherbe propulsé au fond du trou sur la première de saison, il a de nouveau su guider le groupe caennais dans un élan version 2015 qui a permis aux joueurs de Garande de prolonger le bail au sein de l'élite. Et le taulier malherbiste prolongera son bail d'un an, pour un xxxxxxème exercice en Normandie. Chapeau l'artiste, bel exemple !




T comme Tremplins


Le moins que l'on puisse dire c'est que bon nombre de clubs issus des sports co de l'agglomération caennaise tendent à connaître un avenir souriant. Dans la raquette, que ce soit le CBC chez les hommes (accession en N1 et ambitions avouées) ou Ifs chez les femmes (qui souhaite conjurer le mauvais sort de cette saison et se projeter vers la Ligue 2), l'avenir à court ou moyen terme pourrait être rayonnant. Idem dans le monde du handball où la saison du Caen HB s'annonce prometteuse. Le CL Colombelles dessine quant à lui les contours d'un projet ambitieux à moyen terme. Les premières esquisses devraient assurément voir le jour dans les prochains mois. Hâte de vivre tout ça !




U comme Ubuesque


C'est le terme approprié pour qualifier la façon d'être et de faire du Stade Malherbe vis-à-vis d'un outil de communication local comme peut l'être Sportacaen. Une mise à l'écart globale qui ne reflète en aucun cas la politique de régionalisation mise en avant par le nouvel organigramme malherbiste.




V comme Vikings


Quelle saison ! A la base considérée comme une saison de transition avec la mise en place d'un nouveau projet, conjuguée avec l'arrivée d'un nouveau staff orchestré par Dragan Mihailovic, et de nombreuses recrues, les premiers mois ont été mi-figue mi-raison (6 victoires pour 5 défaites à la trêve) avant d'enclencher la mécanique une fois la mayonnaise prise. Pour faire un cavalier seul à partir de janvier et enchaîner 11 victoires de rang, finissant la saison à la première place, ex-aequo avec Vernon. Et échouer pour les play-offs d'accession en Pro D2 pour une histoire de goal-average. Aussi rageant qu'encourageant pour la saison à venir.




W comme Wittemberg


Jamais jusqu'à présent le basket régional n'avait trouvé pareil support que celui apporté par Sport à Caen et son chroniqueur attitré Pierre Salzmann. Saison au bout de laquelle Cyriack Wittemberg (AS Cherbourg) s'est vu décerner le titre de MVP de la Pré-Nat' masculine.



X comme Xterra


C'est la version du triathlon la moins connue. Elle se conjugue sous la forme d'une alliance de trois disciplines « Nature », la natation, le VTT et le Trail, et c'est surtout dans ce domaine que Damien Derobert, duathlète multi-titré, s'est retrouvé sous les feux de la rampe. 9ème lors des Xterra France le 5 juillet à Gérardmer (Vosges), il a obtenu un précieux billet pour les championnats de monde qui se dérouleront à Hawaï le 1er novembre prochain.




Y comme Yacine Zitouni-Terki


De son statut de capitaine des Vikings, il a guidé les handballeurs caennais vers ce qui était à deux doigts de se finir comme un véritable exploit, c'est-à-dire l'accession en Pro D2. Non reconduit dans le groupe de N1 pour la saison àvenir, nous garderons au niveau de Sport à Caen l'image d'un garçon attachant et toujours disponible à la moindre sollicitation.




Z comme Zlatanesque


Des buts, on en a vu cette saison : des beaux, des moins beaux, des chanceux, certains plus importants les uns que les autres. Et il y a les buts venus d'ailleurs. Comme celui de Damien Da Silva dans la lucarne de Benoît Costil au Stade de la route de Lorient, lors d'un 4-1 mémorable en faveur des Malherbistes. Ou encore, à une échelle plus locale, celui de Jordan Blondel pour l'ASPTT Caen dans un match au sommet face au SU Dives. Un exploit personnel qui lui a même offert l'honneur de passer à Téléfoot. Rien que ça !

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr