Hérouville ne doit pas gâcher sa seconde chance

Imprimer

Football. Saint-Brieuc – Hérouville, 1ère journée de CFA 2 (aujourd'hui, 18h). Il y a un mois et quelques jours, Hérouville se préparait à retrouver la Division d'Honneur. Aujourd'hui, les hommes d'Éric Fouda réattaquent le CFA 2 par ce qui se fait quasiment de mieux dans la poule A, Saint-Brieuc. Entre temps, l'intersaison a été plutôt positive dans l'ensemble même si Éric Fouda ne cache pas quelques inquiétudes.


Ça a été l'un des feuilletons de l'été. Le Sporting Club Hérouvillais, condamné à la descente en juin dernier malgré une deuxième partie de saison exceptionnelle, a finalement été sauvé en CFA 2 au bout du mercato. Les difficultés financières de nombreux clubs dans les divisions supérieures lui ont offert une seconde chance inespérée. « On est un peu pris de court mais on saura [aujourd'hui] si on est prêt, relève Éric Fouda. On aborde ce championnat sans avoir rien à perdre. C'est un vrai miracle que nous soyons de nouveau en CFA 2. » Ce miracle a néanmoins eu un coût pour Hérouville, quasiment privé de recrutement à l'intersaison. Les retours au club de Samir Alla, Clément Lumé et Ramzi Tarchoun, qui étaient respectivement partis pour Granville, Sablé et Mondeville une fois la relégation acquise, ont constitué autant de mutations. À l'arrivée, Hérouville a pu recruter un seul joueur déjà licencié la saison dernière. Insuffisant pour compenser les départs de Thomas Vancaeyezelle (« la plus grosse perte du groupe »), parti faire ses études en Espagne, et Pierre Sorin, lequel a préféré rejoindre l'APTT Caen en Division d'Honneur. « Nous ne sommes pas plus forts que l'an passé, reconnaît l'entraîneur local. Je n'ai pas d'inquiétude pour la défense et le milieu de terrain mais j'appréhende le secteur offensif. Il nous manque un tueur. J'espère qu'il y aura de bonnes surprises. Yanis Mimoun peut être l'une d'elles. C'est un joueur qui peut exploser. » L'ancien joueur de Courseulles est arrivé au début du mercato.


Hérouville dans une bonne dynamique


Son meilleur recrutement, Hérouville l'a fait en conservant ses cadres. Cette stabilité sera un de ses atouts. Pas le seul. « Il y a trois points positifs majeurs, énumère Éric Fouda. Premièrement, on jouera cette saison sur notre pelouse. L'année dernière, on a gagné un seul match au stade de Venoix. L'autre succès décroché à domicile, c'était sur le synthétique à côté. Ensuite, j'ai pu disposer d'un groupe au complet dès le début de la préparation. Non seulement tout le monde est là, mais l'état d'esprit n'est pas le même qu'il y a un an. Les garçons sont investis et prêts à aborder la compétition. Enfin, on dispose d'une base de travail intéressante après avoir terminé deuxièmes des matchs retours la saison dernière. » L'ancien entraîneur de Quevilly est pourtant loin de tomber dans l'excès de confiance. Il dénombre quelques inquiétudes, tant sur le terrain que sur l'aspect mental de ses troupes. « Notre problème numéro 1, c'est le manque d'efficacité offensive. On ne va pas marquer sur coup de pied arrêté ou sur un exploit individuel toute la saison... Sur les matchs de préparation, on a été capable de faire de très bonnes choses et d’autres très médiocres. C'est dans la tête. » Hérouville, dont la réputation d'équipe atypique n'est plus à faire, a du mal à se libérer de quelques vieux démons. La saison dernière, c'est plutôt dans la première moitié du classement qu'on attendait ce promu talentueux. Au lieu de ça, il a fallu attendre treize journées pour voir le SCH décrocher sa première victoire.


« Un championnat à cinq dans le bas de tableau »


A priori, Hérouville ne peut pas faire pire cette année. Les matchs de préparation vont plutôt dans ce sens, même si Éric Fouda regrette une certaine irrégularité. « On a été costaud contre Le Havre (B) ou Granville, mais absent face à Quevilly (B) », résume-t-il. Une seule victoire à l'arrivée (1-0 contre Dives en début de préparation dans le cadre d'une triangulaire), pour trois nuls (1-1 contre Mondeville lors de cette même triangulaire, 1-1 contre la réserve de Caen, 1-1 contre Granville) et deux défaites (1-3 contre la réserve du Havre et 1-2 face à celle de Quevilly). « Malheureusement, c'est le dernier match qui m'a le plus déçu. On a commis beaucoup d'erreurs techniques par manque de concentration. On s'est fait bousculer dans tous les domaines. Sur ce match, j'ai eu l'impression qu'on n'avait rien fait pendant un mois. » Une dernière rencontre avant le début des choses sérieuses est néanmoins rarement riche en enseignements. Les premières conclusions, Hérouville pourra peut-être les tirer ce soir sous les coups de vingt heures. Et encore... En déplacement à Saint-Brieuc, les Hérouvillais savent que la tâche qui les attend sera compliquée. « Sur notre tableau de marche, on a mis un point (celui de la défaite, ndlr). Pour nous, jouer à Saint-Brieuc – comme ce sera le cas à Sablé ou Saint-Lô – c'est du bonus. On va essayer de ramener au moins le nul mais on ne va pas là-bas pour défendre. On va prendre des risques. Si tout le monde est là dans l'engagement et l'investissement, on aura un coup à jouer. Sinon, on en prendra cinq comme l'année dernière (Hérouville avait perdu 5-2, ndlr).


Dans un championnat à deux vitesses, Hérouville connaît d'ores et déjà les rendez-vous les plus importants de son calendrier. Ce sera face au TA Rennes, Locminé, Chateaubriant « et sûrement une réserve ». Pour Éric Fouda, « il y aura un championnat à cinq dans le bas de tableau ». Loin des Granville, Sablé, Dinan, Saint-Lô, Vertou et bien sûr Saint-Brieuc, sans compter les réserves ambitieuses comme peut l'être celle du Stade Rennais. Avec Saint-Brieuc, Sablé, Brest B, Granville et Laval B pour lancer sa saison, Hérouville aura droit à une entrée en matière corsée d'ici le début du mois d'octobre.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!